Di sak na pou di

Un quinquennat pour rien

Frédéric Paulus / 2 janvier 2018

JPEG - 17.3 ko

Le très modéré gaulliste de gauche Léo Hamon qui a été mon professeur de sociologie définissait la politique comme « l’Art du possible ».

Notre équipe du CévOI ne cachera pas sa déception d’avoir cru que le quinquennat du précédant Président de la République aurait pu commencer à réformer fondamentalement notre rapport à l’éducation des enfants, à promouvoir leur santé radicalement différemment et à inventer enfin un accompagnement des parentalités, vivant, créatif et non normalisant.

Pour nous faire comprendre nous avions diffusé un premier dossier pour suggérer de promouvoir un nouveau ministère qui associerait l’éducation à la santé des enfants et à l’approche renouvelée des parentalités ; suggérant, par ailleurs, de transformer l’intitulé du ministère de l’éducation nationale en ministère « de l’instruction publique » (en conservant le terme « éducation » pour ne pas soulever une flambée de contestations).

La même démarche fut entreprise pour le ministère de la santé en faisant précéder les termes « des affaires sanitaires et sociales ».

Nous suggérerons au nouveau Président les mêmes propositions que celles présentées à trois reprises à Monsieur François Hollande, qui a depuis créé une fondation pour poursuivre SON œuvre.

Prochainement nous rajouterons un manifeste qui portera sur la « libération des imaginaires », sans doute un préalable qui devait faire défaut à nos démarches précédentes. L’innovation radicale viendra d’un imaginaire renouvelé des acteurs d’éducation, de santé ; et ce sans oublier les parents, premiers acteurs de santé et d’éducation. Transformer l’utopie en art du possible, un objectif permanent de notre équipe du CévOI !

Frédéric Paulus, CévOI (Centre d’Etudes du vivant de l’Océan Indien)