Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Chroniques > Di sak na pou di

Vaste manifestation à Prague contre l’inflation, l’UE et l’Otan

La population souffre des conséquences des décisions européennes

mardi 6 septembre 2022, par Ary Yée Chong Tchi Kan


Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans le centre de Prague pour protester contre la hausse des prix de l’énergie, l’Union européenne et l’Otan. La police Tchèque a écrit sur le réseau social, Twitter, le 3 septembre que « le rassemblement sur la place Venceslas est calme, nous n’avons pas eu à faire face à des problèmes sérieux. Nous estimons le nombre de participants à environ 70 000 à 12 h 30 ».


Organisée à l’appel d’une coalition hétéroclite allant de l’extrême droite au Parti communiste, la manifestation avait pour mots d’ordre d’exiger la neutralité militaire pour la République tchèque et la conclusion de contrats d’approvisionnements directs avec les pays fournisseurs de gaz, y compris la Russie.

"L’objectif de notre manifestation est de réclamer du changement, essentiellement pour résoudre le problème du prix de l’énergie, en particulier de l’électricité et du gaz, qui va détruire notre économie cet automne", a déclaré l’un des organisateurs de ce rassemblement, Jiri Havel, cité par le site d’information iDNES.cz.

Cette manifestation a été organisée au lendemain de l’échec d’une motion de censure contre le gouvernement, accusé par l’opposition de passivité face à la hausse des prix. Le Premier ministre Petr Fiala, qui dirige une coalition de centre droit rassemblant cinq partis, a accusé les manifestants d’agir contre les intérêts de la République tchèque.

Selon elle, "la manifestation sur la place Venceslas a été organisée par des forces pro-russes, proches des positions extrémistes et hostiles aux intérêts de la République tchèque".

Assurant la présidence tournante de l’UE depuis 1er Juillet 2022, la République tchèque accueille en ce moment plusieurs réunions des institutions de l’Union Européenne.

La population souffre des conséquences des décisions européennes et profite pour manifester son mécontentement. On ne voit pas comment le gouvernement Tchèque peut faire machine arrière. La puissance du mouvement ira en s’amplifiant à mesure qu’on s’approche de la période d’hiver.

Le risque de contagion est possible dans d’autres pays qui posent aussi d’autres revendications. C’est le cas des Pays-Bas qui manifestent depuis Juin, avec blocage des espaces publics et des autoroutes.

Les médias auront beaucoup de mal à cacher l’information aux citoyens.

Ary Yee Chong Tchi Kan.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus