Di sak na pou di

Visite présidentielle à La Réunion… et après ?

Firose Gador / 26 octobre 2019

JPEG - 87.6 ko

Lors de cette visite présidentielle, tout le monde semble frappé d’amnésie, tout particulièrement la classe politique.
Certains ont oublié, semble-t-il les réalités qui frappent notre population : mal-logement, chômage, vie chère, manque de perspectives, et la liste n’est pas exhaustive. D’autres élus ont montré leur savoir-faire en matière de “com” électoraliste, à savoir interpeller le Président pour lui demander de faire à leur place ce qu’ils n’ont pas su faire durant leur mandat.
Pourtant, la désillusion populaire est bien réelle et elle s’est exprimée par la colère et la frustration. Je ne tolère ni n’excuse les violences de jeudi dernier. Cela semble s’être arrêté et c’est tant mieux, certaines familles ayant vu leur outil de travail dégradé.
La responsabilisation de notre jeunesse et de notre population est nécessaire. Il est de notre devoir d’amener à un autre mode de gouvernance : la coresponsabilité, en agissant ensemble.
Bien sûr, il est évident qu’il faut régler les urgences sociales car, comme on dit, « ventre affamé n’a pas d’oreilles ». Mais ensuite quelle est la perspective pour un développement solidaire et durable ? Plusieurs pistes de réflexions peuvent être explorées :
• La nécessité de la formation pour nos jeunes dans les métiers de l’Environnement et d’aide à la personne. Cela sous-tend la création de grands services dédiés à ces thématiques qui peuvent générer la création d’emplois pérennes et non des contrats précaires.
• L’enjeu de la coopération avec la zone Océan Indien, à travers des échanges économiques qui permettraient de réduire l’empreinte carbone et favoriseraient des circuits courts pour nos filières agro-alimentaires.
• Eradiquer l’insalubrité et poursuivre la construction de logements. C’est un sujet dont on a très peu parlé lors de cette visite présidentielle. Notamment la réforme de l’Allocation logement au 1er janvier 2020 : on attend des actes ! De nombreuses familles vivant des minima sociaux ou avec un SMIC devront faire face à une quote-part de leur loyer plus importante avec la diminution de l’allocation logement. Mais ce sujet majeur n’est pas mis en débat, tout comme le financement des logements sociaux et intermédiaires et l’amélioration du cadre de vie des habitants.
• Sur les enjeux environnementaux, comment protéger nos populations des effets liés aux changements climatiques ? on continue d’aménager sans une réflexion sur l’avenir et notamment au niveau communal.
Ce ne sont que des réflexions à approfondir ensemble. Le président est arrivé, il a fait des annonces, il est reparti, et ici qui va « choose » les Réunionnais et les Réunionnaises ?

Firose GADOR
Conseillère municipale de la ville du Port