Di sak na pou di

Zistoir lé menter…

Courrier des lecteurs de Témoignages . N.C. / 10 octobre 2016

Avant de raconter un ‘zistoir’, on commençait par dire : ‘Si zistoir lé menter, pas moin l’auteur’. On prévenait. On savait que c’était un ‘racontar’. Quand on se met à raconter l’histoire, l’histoire de la vie des gens, surtout par écrit, ‒ l’écrit reste – il faudrait aussi prévenir : « Faîtes attention, il peut y avoir des erreurs ». Quand on est ‘en haut’ pour ce qui concerne ‘l’instruction’, on est responsable de ce qu’on écrit. Parfois, heureusement, quelques témoins des événements sont encore là et peuvent intervenir.

Que ne dit-on pas, n’écrit-on pas, sur Témoignage chrétien de La Réunion, aujourd’hui. Depuis 1981, il est en sommeil. Le journal n’est plus édité, mais quelques-uns de ceux qui l’ont fait sont encore là. Il est peut-être bon de rappeler que le groupe Témoignage Chrétien de La Réunion n’a pas été fondé pour « accroître l’influence du PCR dans le monde catholique afin d’augmenter le vote des chrétiens en sa faveur », comme l’écrit quelqu’un qui soutien sa thèse de doctorat. Beaucoup de chrétiens n’ont pas attendu TCR pour voter pour le Parti communiste réunionnais. Le doctorant en question, le reconnaît lui-même : « l’électorat dit catholique votait déjà pour lui » (sic).

Pour beaucoup de Réunionnais, ‘communisme et christianisme’ n’étaient pas inconciliables. Ce sont eux qui ont inventé ‘le communisme populaire et le christianisme populaire’. Ils le vivaient. La revue ‘Notre Combat’ (proche de Témoignage Chrétien de France) intitulée : « Communisme populaire et christianisme populaire » (n° 87, mars 1976) a vulgarisé, si on peut dire la notion. Notre Combat raconte la vie d’un prêtre (de l’hexagone) engagé dans tous les combats avec les travailleurs, et ce que révèle Alain Lorraine de la lutte d’un certain nombre de chrétiens à la Réunion.

TCR a probablement permis au parti communiste de prendre des municipalités en 1971. D’autres, se disant de ‘Gauche’ à l’époque, en ont profité aussi. Que leur anti-communiste ne les empêche pas de le reconnaître. Tous les partis politiques essaient de profiter de tout ce qui pourrait les avantager. Autre chose est ce pourquoi quelque chose a été fait. Autre chose est l’histoire qui s’est écrite au fur et à mesure. On peut la raconter, on doit la raconter. Mais sans ‘racont zistoir’.

N.C.