Libres propos

Valérie Bègue : entre Geneviève de Fontenay et Maud Fontenoy

Témoignages.re / 29 décembre 2007

Jeudi 27, 14 heures.
Quand mes propos de ce samedi 29 décembre paraîtront, les vagues d’indignation que Madame de Fontenay a provoquées dans notre île auront accouché - quoiqu’il en sorte - d’une évidence confirmée : une certaine presse est devenue un incontestable fomenteur et formateur d’opinion.
Il y a de quoi rester coi quand on voit comment notre peuple a “adhéré” - scotché qu’il s’est montré - à la campagne orchestrée, jusqu’à oublier, dans sa très grosse majorité, que l’entreprise “Miss France” telle que mitonnée par Geneviève de Fontenay doit brasser du pognon par paquets de millions. Même ceux d’entre nous qui ont placé la Réunionnaise métissée avant la jolie fille des îles doivent en convenir : c’est sa couronne qu’on a mise en avant, bien avant sa petite île du bout du monde.
Faut-il le regretter ?
J’aurais, pour ma part, tendance à le penser. Et j’aurais tort. Il nous faut vivre avec notre temps, me dit-on ici, là et même là-bas. C’est l’opinion qui fait l’événement. Je dois m’en faire une raison. On ne peut pas aller à contre-courant.
A Contre-courant ? Tiens...
A 29 ans, Maud Fontenoy choisit notre île pour inviter l’opinion à s’interroger. Lisons- la : « L’océan m’est entré dans la peau, jour après jour, à coup de déferlantes, de vagues puissantes qui recouvraient mes bateaux. Les embruns du large m’ont peu à peu, insidieusement, pénétrée, façonnée. Ils ont tanné mon cuir, attendri mon âme à force de la pétrir. Le sel a trouvé sa place dans mes artères où il circule aujourd’hui librement, faisant battre mes tempes, nourrissant mon corps et mon âme, les purifiant chaque seconde des souillures du monde terrestre... ».
En s’élançant le dimanche 15 octobre 2006 depuis notre port de la Pointe des Galets pour son tour du monde, Maud nous a montré qu’aller à contre-courant, c’est avoir à puiser au fond de soi pour se rappeler, dit-elle, que « tout ce que l’Homme a fait de beau et de bien, il l’a construit avec ses rêves » (“Le sel de la vie” - chez Arthaud).
Pour « larguer les amarres », parce qu’elle étouffait « comme la planète sous la pression des hommes, de la foule, sous l’envahissement des villes, asphyxiée par le gaz carbonique, l’ammoniaque, le méthane et d’autres productions industrielles », elle a choisi notre île, cette île dont la business woman “de Fontenay Geneviève” a lâché, tel un rot, tel un pet, que Valérie Bègue y reste désormais vu qu’elle était revenue... comme on rentre dans son trou !
Je vais vous le dire : j’ai rêvé ces jours-ci, je rêve encore et j’espère que le “Comité national de Madame de Fontenay” destitue notre jeune compatriote. J’ai peine à imaginer et j’aurai de la peine à voir Valérie se promenant demain dans toute la France en certaine compagnie. Cela ressemblerait à un honteux racolage dans un milieu parisien qui vient de révéler au monde entier sa vraie raison d’être. Valérie n’a pas à être la pute soumise d’une Madame de Fontenay.
A moins que, hypothèse à ne point écarter, l’onde du choc qu’elle a provoqué ne vienne balayer la dame au chapeau. Ce serait bien fait pour elle, mais ne changerait rien au cap qu’aura alors à prendre Valérie, à contre-courant souhaitons-le... pour larguer à son tour les amarres.

R. Lauret


Ndlr : Hier, sitôt connue la décision du Comité national Miss France de ne pas destituer Valérie Bègue tout en lui interdisant toute participation à un concours international, nous avons interrogé Raymond Lauret. « Rien à rajouter... ni à retrancher », nous a-t-il répondu.



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • Bonjour,

    Cette histoire de Miss France me semblait décidé d’avance de toute façon et une affaire de argent et/ou politique :

    J’ai lu que Mme Fontenay aurait souhaité la participation de Maud Fontenoy à son jury. Comme le vote du jury compte pour 50 % et le public aussi pour 50 % le jury peut faire passer qui il veut au frais des téléspectateurs qui appellent un n° surtaxé en plus ! . Alors, je soupssonne qu’il était propablement décidé d’avance que cette année c’était le tour de Miss Réunion et l’implication de Maud Fontenoy serait bénéfique et générateur des révenues et publicité supplémentaires... Bien que je n’ai pas des preuves formelles pour mes dires, ça me parrait quand même hautement probable. J’ai pu m’apércevoir de la popularité de Maud Fontenoy moi même après notre premier recontre...

    Concernant les photos de Miss Réunion, ce n’est peut-être pas du goût de tous le monde mais il y a bien pire et le comitée Miss France aurait pu vérifier avant si ça choquait tellement certains personnes du comitée... On n’est plus dans les années 60 toute même... Concernant la personalité de Miss France, je ne peux pas me prononcer car je ne la connais pas assez (hors médias).

    D’ailleurs, vous devriez promouvoir votre ile auprès des Allemands (80 millions de clients potentiels) qui vont surtout à l’ile Maurice "à coté" de votre ile. Je suis allemand moi même et n’aurait pas découvert votre ile sans un ami français tandis que je connaissais l’ile Maurice. Alors, allez y ! Ca fait déjà un certain temps que je ne suis pas allé sur votre ile mais j’ai vraiment envie d’y retourner bientôt.

    Kai

    Article
    Un message, un commentaire ?