Oté

Dis-a-douz tone de ri bio par éktar ? Sa lé posib isi La Rényon

Justin / 16 octob 2018

JPEG - 43.6 ko

Lé kant mèm in n’afèr sa ! Alor nou lé dann in péi i manz dori, tou lé zour shak zour, konm la baz nout manzé é oila in péi i fé vni an déor tout lo ri li la bézoin… In dalon la di amoin sa i fé a popré sinkant mil tone.
Pou mon par moin la fine dir i fo ni plant dori is La Rényon pars sa lé obligatoir. Pou kosa ? Pars ni pé pa touzour baz dsi baton tonton pou travèrs la rivyèr. Pars ni pé pa kont dsi d’moun i dor lo vant domi vid pou ranpli nout boujaron anou. Pars kréol i réklam do ri bio plizanplis plito ké sak lé polyé avèk bann produi shimik épi bann dézèrban. Pars lé posib plant dori isi La Rényon an kantité épi an kalité pou nou konsomatèr rényoné.

Lé posib ? Mi antan d’isi désèrtin l’apré souf dann mon trou d’zorèye. Zot i di : mé voiyon pou plant dori i fo d’lo an kantité ou na ka rogard dsi foto koman banna i fé dann Madégaskar épi dann bann péi néna in gro prodiksyon dori. Dori in plant akouatik ? Moin l’apré révé la ! Si i plant dori dann bann térin inondé i plant galman dori dann in bitasyon irigé épi galman an karo : an kiltir sèk konm i di défoi.
Mé mi atan ankor in pé l’apré di : plant aou dori isi La Rényon si ou i vé ramass la paye. Non i ramass ar pa la paye sorman, va ramass lo grin é an kantité siouplé. Dabor zot i koné fitintan téi plant dori dan la plène Sin-Pol, épi la fine fé bonpé zéspéryans dann son plantaj ? L’ané 2013 in l’asosyasion la pa fé in léspèryans dann chodron ? La done in bon rézilta si mi tronp pa.

Dimansh soir dsi antène moin la antann in plantèr Sint-Ann apré di son bann dalon épi li mèm zot i plant dori avèk in rannman plis dis-douz tone léktar san lo pou irigé, san l’angré shimik, san dézèrban avèk bann métod i rosanm la prermakiltir.
Pinss amoin ! Lété pa promyé avril dimansh soir. Lété pa in fo nouvèl-in fake new - non pli ! Lété pa in l’émisyon sinploman pou fé ri la boush. Alor, mon bann dalon, si i gingn, si anplis lé kaziman bio, si konm mi di i fo ni fé ébin alon fé !

Oplis nou va fé, oplis bann lobby nora difikilté pou anpèsh anou fé.



Inn modékri, inn ti lavi, inn komantèr ?



Bann modékri andann forom






  • Moins la pas appri ecrit en c kréol l’écol alors laisse moins cauz en français avec ou

    :avec l’amélioration des techniques de culture et l’irrigation on devrait même pouvoir produire plus de 12 tonnes de riz à l’ha dans notre île . J’ai abordé le sujet de la plantation du riz à la Réunion dans les colonnes de témoignages en 1983 c’est dire depuis 35 ans pour signaler que à cette époque là les réunionnais consommaient déjà chaque année plus de 70000 tonnes de riz et qu’il suffisaient d’affecter environ 6000 Ha de bonne terre à la production de riz pour satisfaire les besoins de toute la population réunionnaise .

    actuellement si la consommation est sensiblement la même malgré le doublement de la population c’est parce que la consommation de farine de blé a déjà dépassé celle du riz et il est probable que la tendance va s’accentuer même si nous pouvons produire tout le riz dont nous avons besoin à la Réunion dans des conditions de rentabilité très satisfaisantes parce que nous avons du mal nous libérer du cordon ombilical qui nous relie à l’Europe tant pour nos importations que pour nos exportations .

    Mais j’ai regardé l’évolution des prix de la tonne de sucre et de la tonne de riz au cours de ces dernières années et curieusement il s’avère que le prix de la tonne de riz est largement supérieur celui de la tonne de sucre . Selon l’express de Maurice le prix de la tonne de sucre est en train de descendre au dessous des 200 euros sur le marché mondial alors que le prix de la tonne de riz est supérieur 250 euros . Et lorsque l’on compare les prix sur le marché européen on constate que le prix de la tonne de sucre est autour de 400 euros lors que le prix de la tonne de riz est à 540 euros .

    La conclusion que l’on peut tirer découle de source . Compte tenu de la possibilité de produire deux récoltes de riz par an la Réunion .Si le prix du sucre n’est plus garanti ; Il est maintenant plus intéressant de produire du riz au lieu de produire de la canne . C’est vrai que la production de la canne à sucre offre certains avantages que le riz n’offre pas notamment au niveau de la protection des sols et de la production d’électricité,, mais on peut également faire beaucoup de chose avec les sous produits du riz et cela justifie peut être un changement d’orientation de notre politique agricole et industrielle sans toutefois renoncer totalement à la culture de la canne sucre qui fait partie de notre histoire et de notre culture .

    Article
    Inn modékri, inn ti lavi, inn komantèr ?