Oté

Isi ni fé pa listoir La frans, isi ni fé l’istoir La Rényon épi son bann zanfan

Justin / 26 avril 2019

JPEG - 43.6 ko

Mi pans zordi, mi sa rakont in n’afèr, léktèr mon bann kronik i koné déza. Pou fèr rakont sa alor ? Pars, sanm pou moin, in vérité si li doizète koni donk i fo répète ali plis in foi. Zordi mi vé rapèl azot in pti bout lo l’istoir, in sinp fraz, dsi Nicole Robinet de La Serve.

Moun-la té i fé parti lo mouvman bann fran kréol. Kan bann z’anglé la pran La Rényon, li la pran son fizi pou défann La Rényon. Kan li lété dan La frans li la pran lé z’arm pou défann la frans kont bann zalyansé kont li l’ané 1814-1815. Aprésa li la rotourn isi shé nou pou travaye dann l’izine kann.

In fraz de li : « Moin nana dé patri, La frans épi la koloni péi bourbon ». In késtyon : la kèl an parmi lé dé patri té i okip lo méyèr part dann son kèr, dann son travaye, dann son bataye z’idé.

Sak li la fé pou la Rényon i pé pèrmète anou shoizi.

Lontan aprésa kan Léopard l’ariv La Rényon désèrtin jenn la anrol pou alé défann La Frans kont lo l’okipasyon nazi. Ni koné in bonpé lo nom mé ni sava pa di lo nom pèrsone.

Mé sak mi koné, nana in pé anparmi la rotourn shé nou pou amenn la lite avèk lo pèp rényoné. Z’ot l’anvi lété fé la révolisyon dan La frans, sansa amen La Rényon dann féklèr ? Poz la késtyon sé aport in répons. Mi pans zot la sirtou viv aprésa pou lite pou La Rényon épi lo pèp rényoné.

Aprésa lo tan la passé, inn-dé z’ot zénérasyon l’arivé, é in pé dan la bann la soubate pou défann sak pou zot sé z’ot péi an promyé La Rényon, san ronyé La Frans, san ronyé nout solidarité avèk bann péi lo bann pèp i soufèr é sa i mank pa dsi la tèr.

Zordi é lé maléré, mé na in pé i pans dopi isi La Rényon zot lé apré fé l’istoir La Frans . Zot i mète z’ot doi dann zyé, pars si in péi la bézoin son bann z’anfan sé La Rényon. Bann gran z’ansète moin la mark an-o la lé la pou klèr nout shomin, é pou évite anou tonm dann la kivète l’asimilasyon épi l’intégrasyon.



Inn modékri, inn ti lavi, inn komantèr ?



Bann modékri andann forom






  • D’accord c’est le réunionnais qui fait son histoire ; mais il ne la fait pas tout seul . Le réunionnais est certainement "citoyen de la Réunion" au même titre qu’il est citoyen de sa commune ;mais il est surtout citoyen français. car sur sa carte d’identité figure le nom de la république française et j’ajouterai qu’il est également citoyen européen mais également dans une certaine mesure citoyen du monde même si ces deux autres qualificatifs ne figurent pas encore sur sa carte d’identité . Ca viendra peut être un jour car c’est dans l’ordre de l’évolution des choses .

    Notre planète rétrécit chaque jour un peu plus et devient notre maison commune .On peut déjà peut être parler d’assimilation mondiale car la mondialisation est en œuvre partout et dans tous les domaines , sauf peut être dans le domaine religieux et heureusement pour nous d’ailleurs car la dictature d’un seul Dieu ne nous conduit pas forcément au paradis ; mais je pense que cette évolution ne nous empêche pas de rester ce que nous sommes déjà. C’est dire : réunionnais français européens . Vive la Réunion,, vive la France, vive l’Europe . Et attention à ce que nous sommes en train de faire de notre petit pays de notre mère patrie ,de notre Europe et de notre planète . Leur avenir se construit aujourd’hui .

    Article
    Inn modékri, inn ti lavi, inn komantèr ?