Oté

Lé ga, pèrsone la pa di anou sa é lé bien domaz !

Justin / 20 mars 2018

JPEG - 43.6 ko

Mi sava dir azot in sitasyon moin la trouv dsi l’internet é moin lé sir, konm mi koné in pé rant zot, zot sar pa loin tonm an aryèr dsi z’ot shèz si zot i lir asiz. Si zot i lir dobout ébin i vo myé zot i asiz avan lir pars sak mi.

Ala lo kozman : « bann blan lé pli sipèryèr par raport bann nèg, konm bann nèg lé pli sipèryèr par raport bann sinz, konm bann sinz lé sipèryèr par raport bann z’uite » ; moin l’avé bien di azot sa sé in kozman lé dir pou antann é anpliské sa moin lé sir lé bon pou fé sort azot dann z’ot gon.

Moin lé sir zot i doi pans lo moun la ékri sa sé in zéro la gosh in shif, in roi d’klou vèye pa koman, in rasis a tapé. Mé oila, d’apré sak l’amontr anou dann l’ékol moun-la lé pa konmsa ditou. An kontrèr sé in gran filozof, in l’ékrivin bonpé rant nou la lir kan li lété dann bann gran klas lisé. Li pass mèm pou in shanpyon la libèrté, la tolérans é tout sak i s’ansui.

Boug-la té i apèl Voltaire é mi pans konm moi not néna réspé pou li ; pétète zot i admira li, é fason li la sobate kont bann gran pèrsonaz son tan pou zot li doizète in robélion... Mé mon romark i arète pa la. Ala mon késtyon : kisa rant zot la akonète dann lékol boug-la té in rasis, konmsa.

La pa pou sa i fo éskiz bann moun dann l’éstade i kriy konm sinz pou annarg bann zouèr noir. La pa pou sa ! Oui mé mi pans nout bann profésèr noré du ésplik anou lo mové koté désèrtin z’ékrivin nou la aprann dann l’ékol.



Inn modékri, inn ti lavi, inn komantèr ?



Bann modékri andann forom






  • Justin,
    Toujours la même réserve de ma part à ne pas écrire en créole, de peur de mal traiter ta langue, mais je suis d’ accord avec toi sur ce que tu as écrit. J’ ai le souvenir extrêmement précis d’ une conférence donnée dans le cadre de l’ initiative " Culture Témoignages " où avait été invité le philosophe catalan Luis SALA MOLINS. Il avait expliqué très nettement que, au delà de ses écrits, qui avaient pu séduire nombre d ’ entre nous, Voltaire était aussi actionnaire de compagnies coloniales de l’ époque dont tu sais tout comme moi quelles pouvaient être les activités et dont il participait aux profits ...Mais, surtout, je me rappelle tout aussi précisément la gêne d’ un de mes collègues, professeur de lettres modernes, face à cet éclairage inédit et effectivement méconnu : il l’ avait traduit en affirmant que cet aspect des choses restait mineur par rapport à tout ce qu’ avait pu apporter la réflexion voltairienne. Pour moi qui me suis efforcé d’ enseigner l’ Histoire en en faisant en permanence une discipline toujours ouverte sur les réévaluations inévitables et indispensables , c’ était la confirmation éclairant les limites et les contradictions de la Constitution de 1791 qui, en instaurant un cens électoral, excluait du droit de vote les citoyens qualifiés de " passifs " , parce que pauvres, les femmes , bien sûr ces éternelles demeurées et hystériques,tout en refusant en toute bonne logique, l’ abolition de l’ esclavage !!! Jean-PaulCiret

    Article
    Inn modékri, inn ti lavi, inn komantèr ?