Agenda

Histoire et mémoires de l’esclavage pendant une semaine au cinéma

Festival du film « Les Révoltés de l’histoire »

Témoignages.re / 1er décembre 2017

La ville de Saint-Denis et l’Association Protea organisent le 8ème festival du film documentaire de Saint-Denis qui aura lieu jusqu’au 8 décembre 2017 au cinéma Ritz. La première projection est prévue ce soir.

JPEG - 63.2 ko
Des co-organisateurs et partenaires du 8e Festival des Révoltés ; de gauche à droite : René-Louis Pestel et Stéphane Hoarau (Mairie de Saint-Denis), Bruno Maillard (historien, président de l’association Protéa), Jean-Yves Bertogal (poète et slameur), Paul Canaguy (président de l’association Historun).

 

Pour cette édition, l’organisation a retenue comme thématique « Esclavage : Histoire et mémoires ». De La Réunion à la Jamaïque, en passant par le Brésil, Maurice, les Etats-Unis d’Amérique, Madagascar, La Guadeloupe et le Bénin, les films sélectionnés examinent au fil du temps les facteurs, les mécanismes et les enjeux de l’esclavage. 15 films, tournés par des réalisateurs de La Réunion et du monde entier seront diffusés à l’occasion de cet événement pour tout public. Ils seront prolongés par des débats avec des historiens et des conférences. Des projections spéciales suivie d’un débat seront aussi organisées à l’attention des scolaires ainsi que des conférences interactives à destination de l’ensemble des festivaliers. 

Entre le 8e et le 19e siècle, près de 30 millions d’Africains ont été déportés dans le cadre des traites négrières transatlantique, interne ou indianocéanique. Réduits à un statut juridique abject et exploités dans des conditions abominables, ces femmes et ces hommes, moins aliénés qu’ils n’y paraissent au premier abord, ont néanmoins élaborés d’innobrables tactiques pour préserver leur identité, leur intégrité et leur dignité. Héritiers de riches pratiques sociales et culturelles, ils ont par ailleurs contribué à l’édification d’un patrimoine matériel et immatériel exceptionnel qui rayonne aujourd’hui à travers le monde.

Au programme ce week-end

Ce soir à partir de 18 heures : La Réunion

LE JARDIN DE LA MÉMOIRE

Entre le 17e et le 19e siècle, Ilha de Moçambique s’impose comme un carrefour stratégique de la traite négrière dans le sud ouest de l’océan Indien où de nombreux captifs ont transité avant d’être déporté à La Réunion.

TERRE MARRONNE

Le marronnage - fugue de l’esclave du domaine de son maître - s’illustre comme la forme la plus emblématique de la résistance servile à La Réunion jusqu’en 1848.

Samedi à partir de 18 heures : Jamaïque

LE PRIX DE LA MÉMOIRE

En 2002, lors d’une visite en Jamaïque, la reine Elizabeth II est interpellée par un groupe de Rastafari demandant des réparations pour l’esclavage pratiqué dans ses colonies par le Royaume-Uni.

QUEEN NANNY : LEGENDARY MAROON CHIEFTAINESS

Au tournant du 17e et 18e siècle, de puissantes communautés marronnes se sont imposées dans les Blue Montains de la Jamaïque en obtenant leur autonomie par des traités signés avec les autorités britanniques.

Dimanche à partir de 18 heures : Madagascar

L’OPÉRA DU BOUT DU MONDE

Dès le milieu du 17e siècle, Malgaches et Français s’adonnent au commerce de toutes sortes sur l’est de « la grande île rouge » privilégiant néanmoins très tôt celui des esclaves.

LES RÉVOLTÉS DU MEERMIN

En février 1766, les captifs malgaches du navire négrier néerlandais le Meermin se révoltent contre l’équipage, s’emparent des commandes mais échouent sur les côtes de la colonie esclavagiste du Cap.