Agenda

Une nouvelle alerte sur le crime mortifère du capitalisme contre l’humanité

Parution de « L’humanité en péril », de Fred Vargas

Témoignages.re / 4 mai 2019

JPEG - 51.6 ko
Fred Vargas.

Ce mercredi 1er mai, dans l’émission télévisée ‘’La Grande Librairie’’ de France 5, a été invitée l’écrivaine Fred Vargas à l’occasion de la sortie de son nouveau livre intitulé « L’Humanité en péril » paru à l’édition Flammarion. L’auteure de cet ouvrage a exposé en détail et avec force de nombreuses raisons de nous inciter à continuer le combat mené depuis des dizaines d’années par feu Paul Vergès avec son parti pour changer de politique face aux dégâts criminels commis par le système capitaliste à La Réunion et dans le monde entier.

Plusieurs médias en France viennent d’annoncer la parution de ce livre, comme par exemple France Info Culture, qui rappelle que « Fred Vargas, nom de plume de Frédérique Audoin-Rouzeau, née le 7 juin 1957 à Paris, est une écrivaine, une archéozoologue et médiéviste française ». « En avril 2019, elle publie ‘’L’humanité en péril’’, un ouvrage sur la catastrophe en cours au niveau du climat et de la biodiversité. Sur France-Inter elle explique qu’elle a voulu faire un ouvrage accessible à tous, pour donner accès à l’information que les gouvernants auraient choisi de passer sous silence, sur l’ensemble des impasses de notre mode de vie : disparition des espèces, augmentation de la température… Elle espère de cet ouvrage un sursaut de la population, qui une fois informée, saura contraindre, sans violence, les gouvernants à changer de cap ».

« Dans ‘’L’Humanité en péril’’, essai tiré à 80.000 exemplaires, Fred Fargas s’attaque aux crimes contre la planète, au changement climatique, à l’épuisement des ressources naturelles. Mais contrairement à ses enquêtes policières, les coupables sont vite démasqués : “eux”, les gouvernants et autres lobbies. « L’élément déclencheur a été la démission de Nicolas Hulot, paralysé par le gouvernement, gouvernement lui-même au service des grands lobbies et des multinationales. C’est ça qui nous a mené à la catastrophe », explique la romancière à l’AFP. Puis la COP24 sur le climat, en décembre, qu’elle qualifie d’"échec catastrophique », a finalement fait sauter le pas à cette historienne et archéozoologue de formation ».

« Fred Vargas a découvert que le problème qui désormais la "hante du matin au soir" était pire qu’elle ne l’imaginait. "Je pensais être informée, mais je me suis aperçue que j’étais presque aussi désinformée que les autres, et cette désinformation m’a scandalisée. Je la trouve criminelle », insiste-t-elle. « Ça me rend folle ! Si on s’y était pris il y a 40 ans, à commencer à faire progressivement les transitions, à booster la recherche, à abaisser les productions…" ». Mais "les gouvernements sont pris comme dans une toile d’araignée, ils ne peuvent pas sortir de ce modèle productiviste de la surabondance », se désole la romancière ».

Pour ‘’l’Express’’, « fustigeant notamment « les industriels milliardaires à la tête des lobbies » qui tiennent sous leur coupe « nos gouvernants apparemment impuissants », la créatrice du commissaire Adamsberg poursuit : « Depuis quarante ans, et bien que conscients des enjeux, ils nous dissimulent ce que nous aurions dû savoir, si bien que nous avons continué d’avancer à l’aveugle, inconscients et crédules. Cette désinformation, volontaire ou passive, des gens, à travers le monde entier, est une faute gravissime (…) C’est contre cette désinformation intolérable que je désire lutter, à la hauteur de mes petits moyens" ».