Célébration de la Fête réunionnaise de la Liberté

20 décembre à Saint-Denis : à la découverte des esclaves à talent

9 décembre 2023

La Ville de Saint-Denis présente la commémoration du 20 décembre, Fête réunionnaise de la Liberté, dans la capitale.

« Qu’on la nomme Fèt Kaf, Fèt La Liberté, Fèt l’Abolition l’Esclavage ou plus couramment Fèt du 20 Desanm, cette commémoration de l’abolition de l’esclavage est célébrée chaque année depuis 1848. Et comme chaque année, la Ville de Saint-Denis propose une thématique qui permet de travailler sur la compréhension de cette date.

Après Le Marronnage, Une journée dans la Vie d’un Esclave, Les Libertés au travers du Code Noir, La Vie des Camps d’Esclaves…, pour cette édition 2023, le thème du défilé retenu est « l’esclave à talent ». Le chef-lieu a souhaité mettre en lumière les différents métiers et savoir-faire des esclaves de l’époque.

On pouvait également trouver les « esclaves de pioche », qui travaillaient dans les champs, ou les « esclaves de chaîne » qui exécutaient des tâches de force ingrates. Contrairement à ces derniers, les « esclaves à talent », que l’on apparenterait aujourd’hui à des « techniciens » ou des « artisans », savaient lire, compter et mesurer.

Aussi appelé « Zesklav Kapab », il était capable de construire une maison, une chaloupe, un meuble, de façonner la roche, de travailler dans une distillerie, dans un jardin d’acclimatation, dans une boulangerie, de tailler et de coudre un vêtement, de naviguer, de pêcher, de cuire des briques, de forger les métaux, etc. Ces métiers ont pour la plupart disparu avec notre ère moderne mais leurs savoir-faire aussi élaborés que multiples ont laissé de nombreuses traces dans le territoire urbain actuel.

À Saint-Denis, il suffit d’observer les cases créoles, les fontaines publiques, les portails en fer forgé ou encore les pierres taillées aux quatre coins de la ville pour comprendre qu’ils ont façonné notre territoire et qu’ils sont ainsi à l’origine de ce qu’il est aujourd’hui.

Ericka Bareigts, Maire de Saint-Denis : « Quelles étaient leurs histoires personnelles, comment ils vivaient, quel était leur travail,… ce sont sur toutes ces questions-là que nous travaillons pour le 20 desanm avec des connaisseurs de l’Histoire. Et grâce à eux, les citoyens connaissent maintenant cette partie de l’Histoire et nous ils la rendent pendant le défilé, c’est une chaine de transmission, c’est de l’éducation populaire, pour s’imprégner de ce qu’ils étaient, pour mieux être réunionnais dans toute notre dimension. Le 20 décembre c’est un temps collectif où tout le monde fête cette fête des ancêtres. »


Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?