Culture et identité

Aimé Césaire livre un difficile combat

État de santé préoccupant pour le Rapporteur de la loi du 19 mars 1946

Témoignages.re / 14 avril 2008

Moins de trois semaines après le cinquantième anniversaire de son parti, le PPM, Aimé Césaire est hospitalisé. Son état de santé inspire de grandes inquiétudes. Rapporteur de la loi abolissant le statut colonial en Martinique, Guyane, Guadeloupe et à La Réunion, Aimé Césaire est un monument politique et culturel. De toutes part affluent des messages de solidarité pour soutenir le combat d’Aimé Césaire, actuellement dans sa 95ème année.

Aimé Césaire, célèbre poète et ancien maire de Fort-De-France, hospitalisé depuis le 9 avril 2008, était hier à l’heure où nous mettions sous presse toujours dans un état stable mais préoccupant.
Frantz Ventura, le directeur du CHU de Fort-De-France, où est hospitalisé Aimé Césaire, a déclaré aux journalistes qu’Aimé Césaire « continue de bénéficier d’une surveillance médicale attentive ».
Son hospitalisation serait due à des problèmes cardiaques qui auraient obligé Aimé Césaire à se rendre dans un centre médical en cours de semaine.
« Sa situation clinique est extrêmement critique. Nous préférons nous en remettre à Dieu », a déclaré à la Panapress un proche de la famille.
Compagnon de lutte et ami de Léopold Sédar Senghor, premier président du Sénégal, Aimé Césaire a consacré toute sa vie à la politique et à l’écriture.
« Faire un monde nouveau »

A l’occasion du 60ème anniversaire de la loi du 19 mars, un dialogue en visioconférence entre Paul Vergès et Aimé Césaire a permis de connaître le regard que le militant martiniquais porte sur cette période : « Le monde est en danger, mais le vieillard que je suis vous dit : eh bien, nous savons ce dont nous avons hérité, je sais ce que nous avons fait, Raymond Vergès et moi. Mais nous avons conscience aujourd’hui qu’un cycle est terminé, je vous passe le flambeau. Mais oui, un cycle est terminé, mais un autre cycle commence. Il faut tenir compte de tout cela et faire un monde nouveau, sans nier le passé. Mais il y a encore à faire, il y a encore de beaux jours pour l’Homme et merci aux Réunionnais de nous le rappeler aujourd’hui. »
Député puis président du Conseil Régional de la Martinique, Aimé Césaire s’était progressivement retiré de la vie politique. Il a été élu député sans interruption de 1945 à 1993 et maire de Fort de France de 1945 à 2001.

La nouvelle de l’hospitalisation d’Aimé Césaire a soulevé une immense émotion en Martinique, dans l’outre-mer et plus largement dans le monde, où Aimé Césaire jouit d’une grande renommée et de l’estime générale.
A l’heure où nous devions mettre sous presse, rien de venait lever les inquiétudes et les doutes quant à l’issue de ce nouveau combat du grand poète.
En raison de la grande sympathie qu’éveille la personne d’Aimé Césaire, et de l’importance des combats qu’il a menés pour l’Outre-Mer, pour la dignité de ses habitants, et au-delà de l’Outre-Mer français pour la dignité de tous les opprimés, nous commençons aujourd’hui l’évocation des combats de celui qui est, à ce jour, le dernier des pères de la loi de 1946 et l’un de nos grands poètes contemporains.

La Rédaction de Témoignages