Du 20 au 22 juin à Saint-Denis

La langue créole et sa place dans l’enseignement : séminaire de Lofis la lang kréol La rényon et de l’Université de Bordeaux

18 juin

« Les langues spécifiques aux Outre-mer : langues régionales ? langues maternelles ? Quels sont les enjeux ? », tel est l’intitulé du séminaire organisé par Lofis la lang kréol La rényon et le Centre d’Etudes et de Recherches Comparatives sur les Constitutions, les Libertés et l’État (CERCCLE) de l’Université de Bordeaux. Il se tiendra du 20 au 22 juin à la Médiathèque François-Mitterrand à Saint-Denis. Voici la présentation de cet important événement.

La loi du 21 mai 2021 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, dite loi Molac, ouvre des perspectives nouvelles pour les langues régionales. Elle accorde une plus grande reconnaissance aux langues autres que le français parlées sur le territoire de la République. Si la plupart des services publics (médias, administration…) sont ici concernés, l’éducation sera, pour nous, le domaine privilégié de notre féklèr/ séminaire. Or la situation linguistique est différente pour les langues de la France et pour les langues spécifiques aux outremer.

Cette loi Molac, répond-elle donc totalement aux besoins des habitants des Outre-mer qui n’ont pas le français comme langue maternelle, en particulier à ceux des jeunes et très jeunes dans leur développement cognitif ? Et que faire si cela n’est pas le cas comme certains, de plus en plus nombreux, le pensent ? Et cela tout en augmentant parallèlement les compétences nécessaires en français ?

Appréhender au mieux la complexité des diverses situations s’avère donc indispensable pour contribuer à l’efficacité des actions menées. C’est à cette problématique que le féklèr/ séminaire co-organisé par Lofis et le CERCCLE tentera de donner une réponse en menant une réflexion sur :
– les situations sociolinguistiques outremer, en particulier dans le cas de contacts de langues proches et alors s’orienter, autant que faire se peut, vers une terminologie commune ;
– la dimension psycho-linguistique au niveau des apprentissages ;
– les expériences/actions/activités réalisées afin d’apporter des réponses pragmatiques aux problèmes posés ;
– le cadre juridique concernant la dénomination, la place, le rôle des langues « maternelles » dans les situations d’outre-mer.

En effet, le droit des langues régionales est-il adapté à la réalité sociolinguistique ? Au-delà des dispositions permettant des approches pédagogiques spécifiques (article L.371-3 du Code de l’éducation par exemple), la reconnaissance des langues d’outre-mer comme langues maternelles pourrait-elle conduire non seulement à une plus grande utilisation de ces langues à l’école mais également à une adaptation de l’enseignement du français ?

Programme

Jeudi 20 juin
Soirée inaugurale 17h-19h30
Visio-conférence de Michel Launey sur « Langues maternelles en Outre-mer : les enjeux d’une reconnaissance ». 

Vendredi 21 juin
Matinée 9h-12h45
Les langues d’outre-mer, leur place actuelle dans la société et dans l’enseignement, celle qu’elles
devraient avoir : Polynésie (Jacques Vernaudon), Kanaky / Nouvelle Calédonie (Fabrice Wacalie), Wallis et Futuna (Valélia Muni Toke), Guyane (Inga Sabine, Jean-Paul Fereira), Martinique (Manuella Antoine), Guadeloupe (Mirna Bolus), Mayotte (Rastani Spelo, Gaucher Ali)

Après-midi 14h-18h
La parole des enfants réunionnais (Audrey Noël)
Langues et apprentissage de la lecture à La Réunion Laurence Daleau)
Le créole de la réussite (Daniel Lauret)
Le créole dans le plan académique de La Réunion et à l’Université (Francky Lauret)
Expériences pédagogiques réunionnaises en langue maternelle (Axel Gauvin, Laurence Daleau)

Samedi 22 juin
Matinée 9h-12h45
Expériences pédagogiques réunionnaises en langue maternelle (Céline Poustis, Laurent Picard, Stéphane Marcy / Guillaume Aribaud)
Réflexions sur les solutions pédagogiques possibles en milieu plurilingue (Thierry Gaillat, Christian Ollivier)
La dimension psychologique dans la prise en compte des langues maternelles (Isabelle Nocus, Université Nantes)

Après-midi 14h-18h
Synthèse des besoins (Mario Serviable)
Comment les satisfaire ? Point de vue des militants, des pédagogues avec la participation de Rastani Spelo, Gaucher Ali (Mayotte), Mirna Bolus (Guadeloupe), Guillaume Aribaud (La Réunion), Lofis la lang …
Est-ce possible aujourd’hui ? Point de vue des juristes : Véronique Bertile (CECCLE Université Bordeaux), Romain Colonna (Université Corse)
Et demain ? L’avis des politiques 

A la Une de l’actuLangue créole à l’école

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?