Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > Culture > Culture et identité

Nouvelle étape dans la reconnaissance du 17 octobre 1961

L’Assemblée nationale vote une résolution demandant une date commémorative

vendredi 29 mars 2024, par Manuel Marchal


Ce 28 mars, l’Assemblée nationale a voté une résolution demandant de faire du 17 octobre une journée de commémoration du massacre du 17 octobre 1961 perpétré lors de la répression d’une manifestation d’Algériens à Paris. Ce fait fut le point de départ de la clandestinité de Paul Vergès, condamné à de la prison ferme car « Témoignages » avait révélé aux Réunionnais la violence de cette répression, ce qui valut la condamnation à de la prison ferme du directeur du journal.


Le 17 mars 1961, une manifestation d’Algériens est sévèrement réprimée par la police à Paris. De nombreux morts sont à déplorer. Cette information est traitée par la presse parisienne.
Alors directeur de « Témoignages », Paul Vergès décida de reproduire des articles du « Monde » et de « l’Humanité » relatant la répression.
Il fut alors attaqué en diffamation par l’État. Le motif était que les informations reproduites étaient fausses, et que les lecteurs de « Témoignages » ne pouvait pas se rendre à Paris pour le vérifier.

Paul Vergès fut condamné à 3 mois de prison ferme. Ce fut le point de départ de la clandestinité du dirigeant du PCR. A cette époque, la fraude électorale et les violences avaient remplacé le suffrage universel, « Témoignages » militait pour que les fraudeurs soient poursuivis et condamnés.
Ce fut quand Paul Vergès se rendit dans le bureau du juge d’instruction qu’il fut ensuite envoyé à Paris devant la Cour de sûreté de l’État. Il fut ensuite innocenté des accusations de séparatisme portée par des détracteurs du mot d’ordre d’autonomie.

Quelques années après la reconnaissance du massacre par François Hollande, président de la République, un nouveau pas est franchi pour la reconnaissance du 17 mars 1961.
Pour La Réunion, cette nouvelle étape rappelle qu’exprimer une opinion différente du pouvoir pouvait conduire à la prison. Elle rappelle tout le chemin parcouru depuis.

M.M.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus