Culture et identité

Coup de projecteur sur les réalisateurs

Festival du film d’Afrique et des îles

Témoignages.re / 7 octobre 2005

o Yvan Le Moine (France)
Le Festival du film d’Afrique et des îles est aussi le lieu de rencontre des réalisateurs. Ce soir au cinéma Casino, le public pourra découvrir le film tourné à La Réunion “Vendredi ou un autre jour”. Cette projection est l’occasion de donner un coup de projecteur sur celui qui a dirigé l’équipe de tournage, Yvan Le Moine.
Né à Nice, il exerce divers métiers avant de se tourner vers le cinéma. Il tourne plusieurs courts-métrages dont “Mise en boite” en 1984 “Tatane” en 1985 et “La Strada” en 1986. Il étudie la réalisation a l’ILIAD à Louvain-La Neuve où il tourne un fameux film à sketches avec Robert Mitchum “Les sept péchés capitaux”.
En 1998, il réalise son premier long-métrage, “Le nain rouge”, d’après une nouvelle homonyme de Michel Tournier.
C’est ce même auteur qu’il décide d’adapter avec son nouveau film “Vendredi ou un autre jour”, tourné à La Réunion, pour lequel il revisite le mythe de Robinson Crusoë incarné par Philipe Nahon. Ce long-métrage a déjà obtenu le prix de la Critique au Festival de Locarno 2005.

Filmographie :

- Vendredi ou un autre jour 2004

- Le nain rouge 1998 long-métrage

- Les sept péchés capitaux long-métrage

- La strada 1986 court-métrage

- Tatane 1985 court -métrage

o César Paes et Marie-Clémence Paes (Brésil & Madagascar)
Les documentaristes Marie-Clémence et César Paes sont un couple dont le dynamisme et la joie de vivre feraient entrer en "religion du cinéma" bien des velléitaires, ou des désespérés !
C’est d’ailleurs ce qu’ils font par leur propre action, complète, mais aussi dans de nombreux ateliers en Afrique de l’Ouest, notamment lusophone, avec la structure Africadoc. Grâce à eux, le documentaire est passionnant, sans les recettes du même genre à la télé. Elle, Franco-malgache, va plutôt vers la gestion de projets et la production ; lui, Brésilien français, est réalisateur, et dans leur sillage, ardeur et réussite sans concessions constituent des signes forts envoyés par leurs productions ou diffusions, signés Latérit Productions.

Filmograhie séléctive :

- Saudade do futuro 2000
Mention spéciale prix Louis Marcorelles - Cinéma du Réel - Paris
Grand Prix du Public - Rencontres Internationales de Cinéma à Paris

- Le bouillon d’Awara 1996
Meilleur Film Ethnographique - Festival dei Popoli - Florence - Italie.
Meilleur film sur la Culture Créole - Vues d’Afrique - Montréal - Canada
Grand Prix du Public - Festival Noir tout couleurs - Guadeloupe - FWI

- Haïti un temps mis en conserve 1993

- Aux guerriers du silence... 1992
Colombe D’or - Festival de Leipzig - Allemagne.
Prix spécial du Ministère de l’Environnement - Oekomedia - Freiburg
Grand Prix Documentaire - Tam Tam Vidéo - Italie

- Angano... angano... nouvelles de Madagascar 1989
Grand Prix - Festival dei Popoli - Florence.
Prix des Bibliothèques - Cinéma du Réel - Paris
Mention Spéciale - Vues d’Afrique - Montréal

o Taieb Louhichi (Tunisie)
Sociologue, aussi français parfois que tunisien, Taeb Louhichi est l’un des grands cinéastes du Maghreb, mais il ne joue certes pas ce rôle dans la vie. Sous l’expression apparemment triste de ses sourcils se cache parfois un humour pouvant être féroce, mais aussi une grande humanité. Depuis son court-métrage “Gorée, l’ile du grand-père”, il explore peu a peu en films toute l’Afrique, étant de cette génération qui a pu nourrir sa culture du cinéma au Festival panafricain de Carthage créé par Tahar Cheraïa.

Filmographie :

- L’ombre de la terre (Dhill Al Ardh) 1982
Sélectionné à la Semaine de la Critique (Cannes, 1982)
Prix de l’UNESCO et Mention Oecuménique à Cannes
Grand Prix des Journées du Cinéma Africain de Montréal
Grand Prix du Festival d’Orbetello (Italie)
Doukat d’Or au Festival de Mannheim (Allemagne)
Prix Spécial du Jury à Moscou et à Bastia
Prix de la Cité et de la Critique Italienne à Taormina
Prix du Meilleur Scénario et Manivelle d’Or à Ouagadougou

- Gorée, l’ile du grand-père 1987
Prix Spécial du Jury à Alger 1987

- Layla, ma raison (Mejnoun Layla) 1989
Sélectionné en Compétition Officielle, Mostra de Venise 1989
Grand Prix du Public à Milan 1990
Prix Meilleure Image et Meilleur Son à Ouagadougou 1991

- Noces de lune (Ors Al Qamar) 1998
Grand Prix du Festival Méditerranéen de Bari 1998
Mention de la Jeunesse à Montréal 1999
Prix du Meilleur Décor, MNET 98 (Afrique du Sud)

- La danse du vent (Raqsat Errih) 2004
Prix Spécial du Jury du Festival du film arabe à Rotterdam,
Prix de la Cinéphilie et du meilleur Acteur à Khouribga

o Rahmatou Keita (Niger)
Dans le charme de Rahmatou Keita, rayonnant, il y a la force d’une femme qui veut s’exprimer, témoigner malgré le poids de traditions supposées liées à un culte, alors qu’elles ne sont qu’asservissement ancestral. Elle trouve en la personne d’une des premières actrices africaines, Al Lessi, non seulement un portrait rare, mais encore l’évidence d’une injustice, et enfin elle parvient à nous raconter une histoire, celle des débuts du cinéma africain au Niger, autour de Mustapha Alassane et de quelques autres.

Filmographie :

- Al Lessi, une actrice africaine 2004 - 69’
Long-métrage
Télévision
Reporter
Présentatrice Antenne 2 "l’assiette anglaise" (2 7 d’or)
Litterature
“SDF sans domicile fixe” (Edition Lattes 1993)

o Sarah Maldoror (Antilles -Angola)
Son nom d’auteur-réalisatrice, certains l’ignorent, est celui d’un des
personnages les plus impensables de la littérature française, du livre "Les
chants de Maldoror" du mystérieux Isidore Ducasse, cher aux Surréalistes faisant appeler comme auteur Le Comte de Lautréamont.
Sarah Maldoror, Française, Guadeloupéenne, avec une jeunesse à Toulouse, des études de cinéma à Moscou avec Donskoï, et en compagnie du grand Ousmane Sembene... est perçue souvent, aussi, comme une cinéaste africaine.
Le réel et sa transformation la concernent au tout premier plan, pour des
documentaires d’identité et de culture, de jeunesse active en poésie, mais
aussi pour des fictions où la dimension socio-historique est première.
Son premier grand film est Sambizanga (années 70), drame humain et
puissamment héroïque d’une lutte de libération : c’est le premier grand film
angolais.

Filmographie séléctive :

- Les oiseaux mains 2005

- La route de l’esclave 2003 - documentaire

- La tribu du bois de lé 1998

- L’enfant cinéma 1997 - fiction

- Aime Césaire le masque des mots 1986 - documentaire

- L’hôpital de Leningrad 1982

o Pascal Privet (France)
Diplômé en ethnologie et cinéma, il a réalisé des films documentaires notamment en Afrique et au Yémen où il a conduit depuis 1998 plusieurs formations au sein de la télévision yéménite. Il anime également des ateliers et des formations universitaires.
Parallèlement à ses activités de réalisateur, Pascal Privet dirige un festival de cinéma, les Rencontres Cinéma de Manosque, qu’il a créées en 1987. Manifestation internationale sans compétition, les Rencontres Cinéma de Manosque invitent des cinéastes de tous pays pour présenter leurs films (documentaires et fictions) dans un esprit d’échange et de réflexion sur les enjeux culturels et artistiques du cinéma.

Filmographie :

- Musical gazz 2004 - vidéo 20 minutes

- La bara 2002 - vidéo 14 minutes

- La pluie et le beau temps 2002 - vidéo 14 minutes

- Le chant de Sanaa 2000 - vidéo 26 minutes

- La cueillette des étoiles 1998 - vidéo 26 minutes

- À Tire d’ailes ou l’art de tirer sur les ficelles 1995 - cinéma 19 minutes - production CINEDOC


Programme du jour
“Les Iles”

CINEMA CASINO
9h Same but different, different but same, doc. de Laurence Pourchez 26 min, La Réunion-Fr, C *
9h30 La dérive de ”L’Atlantic”, doc. de Michel Daeron 90 min, France, HC
13h Bob Marley, un artiste afro-jamaicain, doc. de Thomas Roy-Laurent 52 min, France, HC
14h Hors Diego Garcia, docu-fiction de Mounir Allaoui 12 min, Réunion/Union des Comores, HC
14h15 Destins tracés, docu-fiction de Hachimya Hamada 13 min, Belgique/Union des Comores, C
14h30 Same but different, different but same, doc. de Laurence Pourchez 26 min, La Réunion-Fr., C
15h Malbar experience, doc.de Thierry Hoarau 26 min, La Réunion, H C
15h30 Bisanvil, fiction de David Constantin 26 min Ile Maurice, C/stf*
16h Pleine lune à Volga plage, fiction de Camille Mauduech 14 min, Martinique-Fr, C
16h30 Sous l’emprise des cannes, fiction d’Olivier Carrette 14 min, La Réunion, C
17h15 Regard de mémoire, doc. de Sarah Maldoror, 26 min, France C1
18h30 L’intrus, fiction de Claire Denis 120 min, HC
21h Vendredi ou un autre jour, fiction de Yvan Le Moine 90 min, La Réunion-Fr., C
22h45 Le goût des jeunes filles, fiction de John L’Ecuyer, Canada/Haïti, C/stf