Culture et identité

De Guéret à La Réunion, un festival d’amitiés créoles

Festival Kreuzéol

Témoignages.re / 25 mai 2005

Véritable passerelle entre La Réunion et La Creuse, le festival Kreuzéol vous invite à la rencontre entre deux régions de France si éloignées, et pourtant si proches... Par leur amour commun de la terre et une histoire contemporaine chuchotée du bout des lèvres.

(page 11)

La Creuse et ses Réunionnais. Ses enfants nous reviennent parfois consolés et fiers de l’histoire singulière qu’ils portent. Peut-être comme Jean-Pierre Moutou Latchimy, un creusois d’origine réunionnaise, leader du groupe Faham, et membre fondateur du Cercle des amitiés créoles de la Creuse (CACC). À La Réunion, dans le cadre du festival Kreuzéol, il propose un autre regard de l’intégration des enfants de La Creuse. "On se sent bien en Creuse, et nous voulons montrer que nous nous sommes bien intégrés", explique-t-il.
Ce festival, habituellement organisé à Guéret, est proposé pour la première fois à La Réunion. Dès jeudi prochain, 9 heures, sur la placette de la salle de spectacle Vladimir-Canter, au campus du Moufia, vous êtes invités à découvrir La Creuse à travers plusieurs expositions. Nature et paysages du Limousin, découverte du terroir creusois et des instruments traditionnels limousins, initiation aux danses traditionnelles du Limousin... Le programme est fourni, et propice à la rencontre culturelle.
Le clou du festival est musical, vous l’aurez compris. Avec le CROUS et le CACC, vous aurez l’occasion de découvrir quatre groupes du Limousin, dont FAHAM, groupe d’origine réunionnaise. Avec les musiciens de Co Ac à Roue, de Pazapa, d’Alamont, Jean-Pierre Moutou Latchimy vous invite à un festival haut en couleur, qui s’exportera dans l’Ouest et le Sud. Après son ouverture officielle, les jeudi et vendredi, 26 et 27 mai à l’université du Moufia, le festival voyagera à Trois-Bassins sur la place de la mairie le 31 mai prochain dans le cadre des “nocturnes des trois muses”, et sera dans l’espace universitaire du Tampon les premier et deux juin.

Rencontre avec les paysans creusois

Représenté par son président national, Jean-Marie Perrier, le mouvement “Accueil Paysan” vient à la rencontre des planteurs réunionnais. Jus de pomme, miel, confiture, fromage... Rencontre autour des produits phares du Limousin. Les agriculteurs réunionnais pourront découvrir les pratiques culturales de la Creuse.
Jean-Marie Perrier se défend de vouloir influencer l’agriculture réunionnaise. Il préfère parler de réflexion commune, "sans vouloir donner une solution clé en main" aux problèmes agricoles spécifiquement réunionnais. Son mouvement souhaite par ailleurs s’implanter à La Réunion pour répondre à un manque inexplicable. Il est pourtant présent dans les Antilles. Créé en 1987, selon une idée d’alternative aux modèles dominants de l’agriculture productiviste et du tourisme haut de gamme par la spécificité d’un accueil intégré à la production, le mouvement Accueil Paysan entend privilégier la relation humaine, l’authenticité, le respect mutuel, la qualité de l’accueil et des produits. Un concept qui a toute sa place à La Réunion, au nom du développement durable, du respect de l’Homme et de l’environnement.
Pour l’occasion, l’association des amis d’accueil paysan, créé l’année dernière, se trouve également à La Réunion, qui souhaite promouvoir le tourisme solidaire de l’agriculture paysanne. Outre la présence de ces deux associations, nous noterons aussi la venue d’une toque blanche. Thierry Donniou, toque blanche du Limousin, présente un projet de partenariat avec les toques blanches réunionnaises, pour une manifestation qui se déroulera en avril 2006 sur le poisson d’eau douce. "On aimerait finaliser le partenariat avec les représentants gastronomiques de La Réunion", explique-t-il.
Finalités ? Outre l’échange des savoir-faire, ce projet cherche à établir des liens profonds entre les écoles de cuisine des deux régions. Nos jeunes désirant vivre des métiers de la bouche pourraient ultérieurement bénéficier d’un plan de formation, suite au partenariat entre le CFA de Bourganeuf et le Centhor de Saint-Gilles les Hauts. C’est tout ce qu’on leur souhaite.

Pat’Jaune, parrain du festival Kreuzéol

Même milieu, des paysages communément agricoles, entre la Plaine des Cafres et la Creuse, l’échange est naturel. Pour Bernard Gonthier, du groupe Pat’Jaunes, choisi pour parrainer cette manifestation culturelle, "c’est un grand plaisir de participer à ce festival". Le groupe a par trois fois, foulé la terre de Guéret. Le groupe cafriplainois s’y est produit à deux reprises. Le vendredi 27, à 20 heures, Pat’Jaune va ouvrir la deuxième séance de ce festival interculturel. On note que dès 16 heures, le même jour, les différents groupes se retrouveront le temps d’un cabaret. Les Réunionnais découvriront alors la vielle, la cornemuse et l’accordéon diatonique, qui livreront des airs de la Creuse.
Entre Co Ac à Roue, Pazapa et Alamont, vous êtes invité à écouter, bien évidemment, mais aussi à danser. C’est peut-être pour cela que l’on vous propose de vous initier aux danses traditionnelles du Limousin. Ce sont d’ailleurs les musiciens de Pazapa et d’Alamont qui s’y colleront, dès le jeudi 26 mai, à l’université du Moufia. Le festival Kreuzéol est aussi l’occasion de découvrir la musique métissée de Faham, composée de 5 musiciens. Groupe issu du Cercle des amitiés créoles de la Creuse, Faham veut "montrer par le métissage musical l’impact positif d’une double culture, réunionnaise et creusoise, reflet de l’authenticité de notre adaptation en Creuse et à Guéret en particulier". Les groupes Pazapa et Alamont accompagneront d’ailleurs le groupe Faham dans son répertoire séga-maloya, en apportant les sonorités majestueuses, mettant en symbiose les deux cultures.
Si les spectacles à Trois-Bassins et au Tampon sont gratuits, nous rappelons que les tarifs en vigueur à la salle culturelle Vladimir-Canter restent de mises. 4 euros, pour les étudiants, 8 euros pour les chômeurs et les intermittents du spectacle et 12 euros tout public. Petit bémol. On regrette que ce festival n’ait pas foulé les planches des grandes salles réunionnaises.

Bbj