Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > Culture > Culture et identité

Déplacement de la statue de La Bourdonnais : décolonisation des esprits à Saint-Denis

Un pas important pour l’appropriation de l’Histoire de La Réunion par les Réunionnais

samedi 1er avril 2023, par Manuel Marchal


Dans le cadre du projet d’aménagement du jardin situé devant la Préfecture, la Mairie de Saint-Denis a pris une décision symbolique : faire déboulonner la statue de La Bourdonnais qui serait accueillie dans une caserne de l’armée française à l’entrée Ouest de Saint-Denis. À La Réunion, trop de lieux mettent encore en valeur les noms d’esclavagistes ou de partisans de la colonisation de notre peuple. Cette initiative s’inscrit dans un vaste combat : la décolonisation de l’espace public réunionnais.


Jeudi, la Mairie de Saint-Denis a présenté un projet d’aménagement du square situé devant la Préfecture de La Réunion. Il s’agit de transformer cette pelouse en un lieu pouvant accueillir plusieurs milliers de personnes pour participer à un événement culturel. Cet espace sera agrémenté d’une œuvre d’art saluant la mémoire de plus de 15000 ancêtres des Réunionnais victimes de l’esclavage. Sur le plan culturel, l’aspect essentiel de ce réaménagement est une demande de la Mairie de Saint-Denis à l’État : déboulonner la statue de La Bourdonnais, grand esclavagiste, qui trône au milieu de cette place. Ericka Bareigts, la maire de Saint-Denis, indique que cette décision vise à « décoloniser les esprits ». Elle a rappelé qu’en tant que gouverneur de notre île à son époque, La Bourdonnais avait développé l’esclavage et favorisé la création de milices chargées de traquer celles et ceux qui résistaient au régime esclavagiste en se réfugiant dans l’intérieur de La Réunion.
La maire indique que le général commandant l’armée française à La Réunion a donné son accord pour que la statue de La Bourdonnais soit transférée dans la cour d’une caserne située à proximité.
Mais pour libérer un espace public réunionnais d’un monument glorifiant la mémoire d’un des créateurs du régime esclavagiste à La Réunion, il sera nécessaire d’obtenir l’accord de l’État, car Paris a en effet inscrit cette statue sur la liste des Monuments historiques.

Les mentalités ont évolué sous l’impulsion du PCR et des militants culturels

Le déboulonnage de la statue de La Bourdonnais sera à n’en pas douter un signal important pour la décolonisation des esprits. Elle est en effet située dans un lieu symbolique : sur la place qui s’appelait celle du Gouvernement, à côté de l’ancien palais du gouverneur qui est devenue depuis la Préfecture, siège de la représentation de l’État à La Réunion.
À La Réunion en effet, trop de lieux saluent encore la mémoire de criminels contre l’humanité ayant soutenu l’esclavage, ou de partisans d’un autre crime, la colonisation. Le reconquête de l’espace public réunionnais par des noms rappelant les combats contre l’esclavage et la colonisation est une initiative récente à l’échelle de l’Histoire de notre île. Elle commença à partir de 1971 dans les municipalités qui venaient d’élire un maire communiste ou allié du PCR. Quand il fut décidé de créer une rue Cimendef, les réactionnaires de l’époque criaient au scandale, qualifiant ces héros de la Résistance réunionnaise de « bandits de grands chemins ». Fort heureusement, sous l’impulsion du PCR et des militants culturels, les mentalités ont évolué.
À Saint-Denis par exemple, le front de mer rend hommage à des victimes de la répression de la révolte de 1811 à Saint-Leu.

Paris doit accompagner le mouvement

Souhaitons que la France qui s’autoproclame « Patrie des droits de l’Homme » accompagne ce mouvement et prenne conscience qu’à La Réunion, Colbert, La Bourdonnais et autres François de Mahy sont aujourd’hui considérés comme des criminels contre l’humanité et qu’ils n’ont plus leur place dans l’espace public réunionnais dans les conditions actuelles. Rappelons qu’au lendemain de la Seconde guerre mondiale en France, le nom de Pétain, chef de l’extrême droite française au pouvoir entre 1940 et 1944, a été effacé au profit de noms de résistants, comme celui du Général De Gaulle.

M.M.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Messages

  • Pour compléter, je voudrais signaler que sur le socle de l’as de l’aviation réunionnais Roland Garros, se trouve des plaques lui rendant hommage dont une du Maréchal en question et que ce lieu de passage porte son nom encore aujourd’hui ! Ne serait-il pas temps de changer ? Il y a tant à faire, symboliquement ou pas, on verra bien quel nouveau nom sera attribué à ce lieu touristique local... Bon WE zot tout, Arthur.

  • on ne refait pas l’histoire et il nous faut respecter les décisions prises en toutes légalité par nos anciens .
    La Bourdonnais a vécu à une époque où l’esclavage était légal et pratiqué dans pratiquement tous les pays du monde . Ce n’était pas un crime à son époque de posséder des eslaves , ce qui était criminel , c’était d’oublier qu’ils étaient des hommes et de les traiter comme des bêtes . Ceux qui maltraitaient leurs esclaves pouvaient être jugés et punis pour leur crime .
    Je pense que La Bourdonnais a fait de grandes choses là où il a eu des responsabilités à assumer ; que ce soit à la Réunion , à l’ile Maurice ou en Inde . Il a été gouverneur et à ce titre il agissait au non de la France et Il a contribué en son temps honorablement à l’histoire de son pays . Il fait partie de l’histoire de France et de notre région . Nous sommes Réunionnais , mais d’abord Français et nous n’avons pas le droit de lui enlever la moindre parcelle de reconnaissance et d’honneur qui lui a été donnée par nos ancêtres , depuis sa mort .

    Pourquoi ne pas démolir notre magnifique préfecture parce qu’elle a été construite par des esclaves pendant qu’on y est .
    Et si on enlève la statue de La Bourdonnais là où elle est actuellement , quelle statue viendra la remplacer , celle d’un esclave . Il y a une rue de Saint Denis qui porte le nom de La Bourdonnais , allons nous la débaptiser elle aussi ? et l’appeler rue Karl Marx jusqu’à ce que un jour dans un futur lointain le communisme sera considéré comme un crime contre l’humanité pour toutes le vies qu’il a prise pour arriver au pouvoir et le garder pendant longtemps en sacrifiant des millions de personnes .
    Si nous devons déboulonner la statue de La Bourdonnais il faudrait aussi déboulonner les statue de nos rois car c’est au nom de leur roi et de leur pays, la France, que les hommes comme La Bourdonnais agissaient .

    Nos dirigeants de toutes les époques ont fait des choses que nous contestons aujourd’hui ;Louis 14 a aboli l’édit de Nantes qui autorisait la religion protestante , Napoléon Bonaparte a rétabli l’esclavage qui avait été aboli par la révolution française ,mais l’histoire nous oblige à respecter leur nom et à les honorer particulièrement pour ce qu’ils ont fait de bien et de grand pour notre pays et également pour le monde .
    Même s’il a été esclavagiste , La Bourdonnais mérite également notre respect pour tout ce qu’il a fait pour nous et pour la France . La place de sa statue n’est pas dans une caserne où personne ne la Verra .


Facebook Twitter Linkedin Google plus