Culture et identité

Il était une fois... Madame Desbassyns

Georges Gauvin / 23 décembre 2008

Il y a plus de 150 ans, le 4 février 1846, la vie se retire du corps d’une vielle dame, dans sa grande maison de Saint-Gilles les Hauts. Son nom : Hombeline Gonneau-Montbrun, mais pour tout le monde, elle est madame Desbassyns.

La seconde providence ?

Pour certains, il n’y avait pas de meilleure personne. Il paraît qu’elle adorait sa vieille bonne esclave. Il paraît qu’elle accueillait de la meilleure façon qui soit les gens venus de l’extérieur. On dit même qu’il n’y avait pas meilleure chrétienne qu’elle et qu’elle n’avait qu’une idée en elle, celle de faire le bien tout autour d’elle. Aussi n’y a-t-il rien d’étonnant à ce que l’on raconte que ses esclaves se mirent à pleurer à sa mort tellement ils avaient du chagrin. On lui avait donné pour nom : la seconde providence.

Qui dit cela ?

Lorsque j’écris cela, je suis persuadé que nombre de Réunionnais se demandent, en fronçant les sourcils, pourquoi on ose proférer de tels mensonges. N’était-ce pas Jean-Baptiste de Villèle qui déclarait cela ? Comment veut-on qu’un homme comme cela ne dise pas cela d’elle, vu ses liens avec cette personne ? Quant à ce terme de “seconde providence”, qui donc a inventé cette histoire à dormir debout si ce n’est le gouverneur de La Réunion qui avait tant d’intérêt à se faire bien voir de la famille Desbassyns, autrement ses jours en tant que gouverneur auraient été comptés ? De plus, qui a inscrit « seconde providence » si ce ne sont les membres de la famille ?

Qu’en pense le peuple ?

Le peuple, pour sa part, disait qu’il fallait cesser d’écouter les gens en vue car, à la vérité, il n’y avait pas à l’époque plus méchante personne. Ce n’est pas elle qui enfermait ses gens dans des cachots et les réveillait avec des coups de fouet. Ce n’est pas elle qui envoyait ses gens parcourir des kilomètres afin de ramener des blocs de glace pour faire rafraîchir les boissons des visiteurs, et attention en cas de retard ! Ajoutons que si aujourd’hui encore, quelqu’un use de sa force contre un plus faible ou exploite quelqu’un qui se trouve sans défense, on entendra quelqu’un dire : « Arrête-toi un peu, le temps de madame Desbassyns est aujourd’hui fini ». Si le volcan gronde, l’on dit que c’est la vieille dame qui supplie qu’on la délivre, pleure, demande pardon pour tous ses péchés.

Quel parti choisir ?

Ce qui est vrai, c’est que madame Desbassyns n’était pas une femme ordinaire. D’abord, elle a vécu 91 ans, et à l’époque, cela n’arrivait pas souvent. De plus, elle a vécu 46 ans après la mort de son mari et a fait tourner, toute seule, une propriété de 450 hectares et a mené à la baguette ses 406 esclaves.
On dit que si elle vivait aujourd’hui encore, elle ferait partie des 100 familles les plus riches de France !
Il ne faut pas non plus oublier que la famille avait également ses entrées en politique, dans le gouvernement de la France, dans les municipalités, au Conseil général, dans la Chambre d’agriculture, même dans la justice. La famille avait assez de pouvoir pour faire trembler le gouverneur, l’obliger à faire la politique qui convenait aux Desbassyns... L’intérêt de Bourbon se confondait avec celui de la famille.
En conclusion, on dira de cette femme que dans l’imagination des Réunionnais, dans la mémoire populaire, elle reste le symbole même du système esclavagiste.

Georges Gauvin


L’avé in foi...Madame Desbassyns

Na plis san-sinkant zané,lo kat févriyé 1846, in vié madam i lisannsyé son pla manzé,la-o laba, dann son gran kaz Sin zil lé-o . Koman èl i apèl ?Ombline Gonneau-Montbrun..Solman toulmoun i koné aèl sou l’nom madam Desbassyns .

In pé téi kriy aèl, la déziem providans.

Déssèrtin i prétan, lavé poin in moun bon konm èl dann tout La Rénion : èl té i em son vié nénen zésklav,èl té i konète bien rosovoir bann moun étranz,. In pé i di konmsa, lavé poin in méyèr krétienn k’èl, vik son sèl traka lété rann demoun sèrvis, fé lo bien dan lé z’alantour. Demoun la donn a èl in nom gaté : la apèl aèl déziem providans. I prétan dir, kan èl la fèrm son zié,bann zésklav la mète a pléré tèlman zot lavé shagrin.

Kisasa la di in n’afèr konmsa ?

Moin lé près sir in bann demoun, issi La Rénion l’apré domann azot, dann zot kèr, kissa la niabou rakont la mansonzri konm sa. Sa la pa boug téi apèl Zan-Batis de Villele, kolonm déssi son plantasion ou sinonsa son zéran ? Bien sir, in moun konmsa, vi lo rol li té i zoué, té i pé pa di in n’ot afèr ksa ! Pli pir déssi la késtionn déziem providans, sa gouvèrnèr la koloni la invant in krak konmsa, vik li lavé si tèlman bézoin bann Desbassyns pou niabou gard son plas...sansa, déor ! Mé kissa la mark « déziem providans » déssi son pièr tonbal, si la pa son prop famiy ?

Bin, bann ti-kolon, kossa zot i anpans ?

Zot i anpans i fo arèt ékout la mantri bann demoun la ote, pars sak lé vré sé k’lavé poin in moun mésan konmsa , dann tan-la, ! La pa èl mem, té i fèrm son moun dann kasho épi té fé astik azot kou d’shabouk granmatin pou lévé ?. La pa èl té i anvoy demoun, la-o la-ba dann landroi té i apèl la Glasièr, kaziman dann ki d’babouk, pou amenn la glas pou prépar la boisson pou bann moun étranz té i rann aèl vizite ? Tansion aou, si ou i amiz in pé dann shomin ! shabouk solman té i koz èk ou...Pou kossa ankor zordi kant in moun i profite déssi in n’ot demoun i di : « Oté ! Madam desbassyns lé ankor vivan, don ? » ; azout èk sa, kan volkan i grongn dann son trou, demoun i di : « Madam Desbassyns, l’apré domann pardon pou son péshé, èl i plèr pou k’i larg aèl »

Koman i démay in n’afèr konmsa ?

Mi pans madam-la lété pa in fam ordinèr. Pou komansé, èl la viv katrovin onz zané é dann tan-la, sa té rar konm korn lapin.. épi èl té vèv pandan karant sis zané é sa la pa anpèsh aèl amenn son propriété kat san sinkant éktar la tèr konm k’i falé . El la fé marsh son kat san sis zésklav avèk son shabouk..I prétan dir, si èl lété ankor vivan koméla, èl noré été an parmi lo san famy sak lé pli rish dan La Frans

Oubli pa, èl té i may avèk bann politik : kisoi dann gouvèrnman, dann bann komine, konsèy zénéral, la shanm lagrikiltir, mem dan la zistis èl lavé son mo pou dir. Lé ga, famiy-la lavé si tèlman pouvoir, k’èl lavé moiyin obliz gouvèrnèr fé in poltik pou défann son prop zintéré..Zot té i pans, lintéré la koloni, sé lintéré la famiy Desbassyns. Gouvèrnèr té i rakokiy konm sanzitiv, konm tronp la mor, kan li té i gingn son dé mo.

Pétète pa pli mové, mé pa bon konm in bonbon non pli !
..
Alor, siouplé, mète de koté so déziem providans, parl pa déssi son santiman pèrsonèl, dann in sosiété krièl konmsa, avèk in loi rasis, in manièr amenn zésklav avèk lo kou. Madam Desbassyns té i doi fé konm lé z’ot, pa pli mové, pa bon konm in bonbon non pli. Sirman èl té i aplik lo bann mové loi, konm lé z’ot té i fé. Arlir solman kod noir, zot nora in lidé déssi shominn kroi bann zésklav la pass déssi la tèr, issi La Rénion konm dann tout koloni La Frans, Langlétèr épi lé z’ot péi Leurop.