Culture et identité

La cour Volyat à Saint-Benoit

Notre histoire

Paul Dennemont / 19 décembre 2017

Ce dimanche 19 heures, sur Antenne Réunion, l’artiste maloyèr Willy Phyléas, fils de granmoun Lélé racontait que du temps où le maloya était muselé et interdit d’espace public, le groupe Lélé s’exprimait à la cour Volyat à Saint-Benoit et à la fête de Témoignages. Merci à cet artiste de l’avoir souligné.

JPEG - 39.5 ko
Le groupe Lélé.

A propos de cette cour évoquée par l’artiste, Willy Philéas me donne là l’occasion de rappeler que Louis Volyat, employé de l’Equipement était une figure emblématique du PCR à Saint-Benoit. Sa maison située au No 3, Rue Saint-Philippe, aujourd’hui Rue Lucien Ducheman – l’emplacement de l’actuel cabinet dentaire - servait à la fois de siège de la CGTR, dont le responsable était Gilbert Ramin, et de permanence du PCR.

Je me souviens des années 70, c’est dans cette cour que se déroulaient la plupart des meetings du PCR au son du maloya de la troupe Lélé, mais aussi les célébrations du 20 décembre. Elle y a vu passer tous les dirigeants du PCR aux côtés des militants tels Daniel Honoré, Gilbert Ramin, Michel Réal, ou encore Marco Soucramanien, Pierre Fontaine, pour ne citer qu’eux.

Par ailleurs, il faut savoir que c’est en avril 1979, à l’occasion du déplacement à la Réunion de Georges Marchais que le premier disque de Lélé a vu le jour, avec l’aide du PCR ; un enregistrement ayant pour titre « l’Autonomie »réalisé à la demande pressante de la réalisatrice Jacqueline Meppiel qui avait accompagné le secrétaire général du PCF et produit le film « Maloya pour la liberté ». Il est loin ce temps-là, mais il n’est pas interdit de s’en souvenir.

Il est loin le temps où la maison Volyat était à Saint-Benoit, ce qu’était à Saint-André, la case Mara.

Paul Dennemont