Culture et identité

La FAGRHCTR : « L’hindouisme encore une fois discrédité »

Réactions suite au reportage d’Antenne Réunion du 26 mai dernier

Témoignages.re / 29 mai 2004

Suite aux propos diffamants du père Rivière diffusés pendant le reportage d’Antenne Réunion lors du journal télévisé du 26 mai dernier, la FAGRHCTR, à travers son président Marc Cadivel, a envoyé hier un communiqué à la presse pour informer de la position de la Fédération.

"La ligne jaune a été franchie au grand jour", a dénoncé la Fédération des associations et groupements religieux hindous et culturels tamouls de La Réunion (FAGRHCTR), au sujet des "propos diffamants" que le père Rivière a tenus le 26 mai dernier, lors d’un reportage d’Antenne Réunion réalisé dans sa paroisse du Chaudron, au cours d’une séance d’exorcisme. Le président de la Fédération s’indigne : "Comment considérer l’hindouisme, religion vielle de plus de 5.000 ans, pratiquée par près de 900 millions d’humains dans le monde et par la très grande majorité des tamouls à La Réunion, au titre des forces du mal ?"
"Cet "exorciste"... entache sa confession catholique d’ostracisme à travers ses comportements dérivatifs, similaires aux pratiques des "forces du mal" qu’il prétend éradiquer !", rapporte le communiqué. La Fédération regrette qu’une telle "méconnaissance des faits religieux ancestraux et cette volonté de dénigrement contribuent malheureusement encore une fois à discréditer l’hindouisme, philosophie de vie au combien à des années lumières de ces pratiques occultes et de ces corollaires : les guérisseurs d’âmes".
C’est pourquoi la FAGRHCTR rappelle le devoir des responsables religieux et associatifs, qui est de "veiller à ce que le parcours de réhabilitation des faits religieux des minorités ethno-culturelles ne soit pas assimilé à des pratiques occultes".
Aussi, la Fédération appelle le père Rivière ainsi que "les personnes respectueuses et soucieuses d’apprécier la philosophie hindoue", à se rendre aux Koïlous et Ashrams ouverts à tous, pour "comprendre et échanger avec ses homologues" et pouvoir ainsi "éviter tout amalgame", à transmettre dans sa paroisse un message de paix et d’amour.
Pour un plein "épanouissement spirituel et culturel de tout citoyen", la Fédération tamoule "prend acte du pardon et des excuses présentés par Monseigneur Aubry le 27 mai (dernier)", et souhaite vivement que "chaque responsable religieux et associatif s’engage à intensifier le travail de vulgarisation de la connaissance au sein de sa propre communauté", et "ainsi éviter tout charlatanisme".


"Tamij Sangam regrette profondément"

"Suite aux propos tenus par un curé en pleine séance d’exorcisme, dans un reportage d’Antenne Réunion", l’Association régionale Tamij Sangam a réagi à son tour dans un communiqué, "regrettant profondément l’amalgame offensant les pratiques hindoues". C’est pourquoi Tamij Sangam appelle à "une cohabitation religieuse éclairée et respectueuse des croyances spirituelles", "première condition d’un véritable dialogue interreligieux".