Culture et identité

La Langue ankor / Encore la lang, poèmes de Jean-Louis Robert

Parution aux éditions K’A

Témoignages.re / 30 septembre 2020

La Langue ankor / Encore la lang, c’est le tout dernier recueil de poèmes de Jean-Louis Robert publié chez K’A dans la collection « Astèr ». Voici la présentation de cet ouvrage.

JPEG - 105 ko

Voici un titre construit en mi­roir qui reflète la structure de l’ouvrage en mettant en vis-à-vis deux langues principalement, le créole et le français. Mais ce jeu de miroir, cette parfaite symétrie qui apparaît comme un jeu de traduction d’une strophe à l’autre, d’un vers à l’autre, ou encore d’un mot à l’autre, est souvent trou­blé par ce que l’auteur appelle le mélang, sorte d’assemblages et de combinaisons de langues. Sous des apparences fan­taisistes, ce savant mélange met en lumière un amour des mots qui sont autant de jeux de sonorités et de sens. Et s’il est vrai que le recueil contient de nombreux néologismes, autre jeu créatif privilégié, il remet également au goût du jour de nombreux mots rares, en particulier en français, érudition qui contribue à la profondeur des poèmes.

Pour autant, les textes de La Langue ankor / Encore la lang ne sont pas seulement une réflexion sur le langage : ils sont aussi, et avant tout, une rêverie qui porte en eux les thèmes traditionnels propres au lyrisme, sans jamais tou­tefois se déconnecter de notre quotidien. Le recueil, parce qu’ancré dans l’île et conscient des dangers de ses mirages, fait une place de choix à l’actualité sociale et politique, que ce soit au niveau local ou international (la Palestine, les morts en Méditerranée, George Floyd,…). Ce choix salu­taire et courageux rappelle toute la force de la parole, évo­qué dans le second poème du recueil.

Œuvre fondée sur un constant jeu d’échos, sa ri­chesse repose aussi sur des références intertextuelles impli­cites (Baudelaire, Hugo, Verlaine), quand certains poèmes sont des hommages explicites : « Bonnefoy et moi », « Koz­man pou Daniel », « Langage ansoré » et « (R.I.P. W.Z.) ». Rappeler le pouvoir du langage, c’est donc affirmer celui de l’artiste dans la société d’hier et d’aujourd’hui.
Véritable petit bijou qui se glisse dans une poche, La Langue ankor / Encore la lang saura ravir toutes celles et ceux qui croient encore à la beauté et à la puissance des mots, ainsi que toutes celles et ceux qui se laissent empor­ter par l’harmonie robertienne de la lyre sanm lansiv.