Culture et identité

La première mosquée de France est réunionnaise

Témoignages.re / 13 septembre 2007

Inaugurée le 28 novembre 1905, la mosquée Noor-E-Islam vit le jour après 7 ans de travaux. Son minaret, du haut de ses 32 mètres, se donne à voir rue Maréchal Leclerc, au cœur de Saint-Denis. Les Réunionnais, lécheurs de vitrine, admirent depuis plus de 100 ans cette mosquée d’un style indien. Et pour cause ? Elle est née de la volonté de commerçants originaires du Gujarat, en Inde.

En 2005, lors du colloque “Islam de France : où en est-on ?”, Aslam Timol, représentant de la Grande Mosquée de La Réunion, illustrait l’originalité réunionnaise dans son expérience depuis plus d’un siècle. L’Islam arrive en effet sur notre île à partir de 1854. « A partir de cette période, 1854-1860, nos ancêtres ont commencé à pratiquer le culte, non pas dans une mosquée, mais dans les demeures privées. Aujourd’hui, nous avons pu retrouver dans les archives la première demande pour l’établissement d’une mosquée, qui date de 1893. Le gouverneur de l’Ile Bourbon, à l’époque, a répondu en 1903, et la mosquée a été inaugurée en 1905 », déclare Aslam Timol, qui relève la coïncidence avec la loi de 1905, qui sera votée au mois de décembre de la même année.
Notre île compte aujourd’hui plus de 50.000 musulmans, soit 85% d’origine indienne, les 15% restants englobant la communauté comorienne, dont les Mahorais. La Réunion accueille aujourd’hui 38 lieux de culte musulman, majoritairement sunnites. Les chiites sont moindrement représentés.

L’originalité du culte musulman à La Réunion

La mosquée Noor-E-Islam a été construite grâce à des donateurs privés, les fonds ayant été réunis en 1897 pour la construction de l’édifice, pour « l’acquisition de l’immobilier destiné à produire tout de suite les revenus qui allaient permettre le fonctionnement de cet édifice de culte », précise Aslam Timol. Sûrement en considération de la loi pour la laïcité, les musulmans de l’île se sont toujours illustrés par la prise en charge de la construction de leur lieu de culte. « Ce qui veut dire que dans tous les dossiers de construction de lieux de culte musulman à La Réunion, aucun édifice ne peut être bâti au sein des associations gestionnaires si, parallèlement, les mêmes gérants de ces associations ne présentent pas au Conseil d’administration des bâtiments à usage commercial ou industriel qui vont générer des revenus locatifs, ces mêmes revenus allant donc financer la gestion de ces lieux de culte », expliquait-il face à Nicolas Sarkozy, alors Ministre de l’Intérieur. Et de poursuivre : « la Grande Mosquée de Saint-Denis de La Réunion emploie 38 ministres du culte et un secrétariat permanent, soit 42 personnes. Le budget de fonctionnement annuel est de 800.000 euros. Ce budget de fonctionnement est assuré à 75% par les revenus locatifs de l’association. Ce qui veut dire que bon an mal an, nous devons, à la fin de l’année, trouver un gain, un écart de 25% pour pouvoir assurer le fonctionnement et l’entretien de cet édifice. 15% de 800.000 euros de budget de fonctionnement peuvent se trouver assez facilement à La Réunion ». Les banques réunionnaises ont également joué le jeu, proposant des prêts à taux préférentiels.

La mosquée Noor-E-Islam

C’est en janvier 1898 que la communauté musulmane obtient l’autorisation officielle de construire leur mosquée à Saint-Denis. Novembre 1905, un premier édifice est érigé, de taille sommaire, il sera agrandi en 1960. En 1974, la communauté sera presque endeuillée face à l’incendie qui ravagera leur mosquée. Il faudra 5 ans pour la remettre en état. Aujourd’hui, comment ne pas succomber à la beauté architecturale de la mosquée Noor-E-Islam ? Rappelons tout de même que la Grande Mosquée de Paris ne sortira de terre qu’en 1925. Les musulmans réunionnais ont créé la première mosquée de France, ce qui fait la fierté des Réunionnais dans sa composante la plus entière, je l’espère. Son minaret de 32 mètres lui donne une prestance inégalable dans la rue du Maréchal Leclerc.
Pour l’avoir visité, je sais que les touristes sont ébahis par la luminosité de ses murs, notamment dans la salle de prière principale, pourtant marquée par un style sobre, fidèle à l’architecture indienne, remarquable par sa blancheur. On y accède par une cour intérieure, où sont visibles deux fontaines pour les ablutions rituelles. Une autre salle de prière est ouverte au niveau inférieur, particulièrement lors des jours de grandes affluences, notamment le vendredi. On y accède en longeant un couloir bordé de sanitaires et de salles d’ablutions après avoir traversé une petite cour où donnent les bureaux de l’Association islamique sounna Djamatte. La troisième salle de prière, dédiée aux femmes, est située au premier étage de la mosquée.
En ce mois de Ramadan, il importait de mettre en lumière une partie intégrante de notre patrimoine réunionnais. Allez à la rencontre de cet édifice, visitez-la. La communauté musulmane locale est ouverte, tolérante, accueillante, fière de partager leur culture et leur culte. Bon Ramadan à toute la communauté musulmane réunionnaise !

Babou B’Jalah