Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > Culture > Culture et identité

La Réunion département depuis le 19 mars 1946 : « cette loi est un début pas une fin en soi »

Commémoration du 77e anniversaire de l’abolition du statut colonial à La Réunion

lundi 20 mars 2023, par Isabelle Erudel


La loi du 19 mars 1946, loi de départementalisation, permettra à La Réunion de sortir du statut colonial datant de 1663 à celui de département français d’outre-mer en même temps que la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane française.


Rassemblement du CRADS qui était un front de libération visant à l’abolition du statut colonial à La Réunion.

Mais cette loi est un début pas une fin en soi puisqu’il a fallu attendre 40 années de lutte. En effet, en 1986, Elie Hoarau est élu député de la Réunion avec Paul Vergès. Il démissionne tous les 2 de leur mandat pour manifester leur désaccord sur la loi de parité sociale du 31 décembre 1986, laquelle priverait les Réunionnais de leur droit à l’égalité sociale.
Pour terminer, rappelons-nous du slogan de Laurent Vergès qui pourrait devenir le signe de ralliement de tous ceux qui veulent le changement.
Notre jeune député avait résumé notre combat pour l’Egalité par la formule désormais archi connue
« Nou lé pa plis, nou lé pa moin, respekt à nou ! »
Cela s’adressait en priorité aux pouvoirs des partis parisiens qui ont refusé de nous accorder l’Egalité sociale comme prévu dans la loi depuis le 1er janvier 1947.

Il est important pour nous de prendre exemple d’hommes et de femmes qui ont mené des batailles tels que Léon de Lepervanche, président du conseil général, de Raymond Vergès, de Paul Vergès, de Elie Hoarau, de Laurent Vergès, de Isnelle Amelin et tant d’autres. Léon de Lépervanche et Raymond Vergés les pères de la départementalisation.

Il est important pour nous de « mèt ansanm, nout tout’ uni parske le konba i kontinu » :
La Réunion connaît encore des inégalités, les retraites les plus faibles, les femmes qui sont plus impactées chez nous puisque parmi les retraités pauvres, il y a majoritairement des femmes, un taux d’illettrés encore trop élevé, la vie chère, une jeunesse en souffrance.

Mais cette loi est un début pas une fin en soi puisqu’il a fallu attendre 40 années de lutte. En effet, en 1986, Elie Hoarau est élu député de la Réunion avec Paul Vergès. Il démissionne tous les 2 de leur mandat pour manifester leur désaccord sur la loi de parité sociale du 31 décembre 1986, laquelle priverait les Réunionnais de leur droit à l’égalité sociale.
Pour terminer, rappelons-nous du slogan de Laurent Vergès qui pourrait devenir le signe de ralliement de tous ceux qui veulent le changement.
Notre jeune député avait résumé notre combat pour l’Egalité par la formule désormais archi connue
« Nou lé pa plis, nou lé pa moin, respekt à nou ! »
Cela s’adressait en priorité aux pouvoirs des partis parisiens qui ont refusé de nous accorder l’Egalité sociale comme prévu dans la loi depuis le 1er janvier 1947.

Il est important pour nous de prendre exemple d’hommes et de femmes qui ont mené des batailles tels que Léon de Lepervanche, président du conseil général, de Raymond Vergès, de Paul Vergès, de Elie Hoarau, de Laurent Vergès, de Isnelle Amelin et tant d’autres. Léon de Lépervanche et Raymond Vergés les pères de la départementalisation.

Il est important pour nous de « mèt ansanm, nout tout’ uni parske le konba i kontinu » :
La Réunion connaît encore des inégalités, les retraites les plus faibles, les femmes qui sont plus impactées chez nous puisque parmi les retraités pauvres, il y a majoritairement des femmes, un taux d’illettrés encore trop élevé, la vie chère, une jeunesse en souffrance.

Isabelle Erudel


Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus