Culture et identité

Le servis kabaré, une création réunionnaise

Résultat d’apports de Madagascar, d’Afrique et d’Inde

Manuel Marchal / 25 février 2017

Hier, au cours de la journée de recherche journée de recherche intitulée « Regards croisés sur le patrimoine malgache, transmission et régénération d’un héritage vivant », Yu-Sion Live, professeur à l’Université de La Réunion, a présenté une communication sur le servis kabaré, une cérémonie en l’honneur des ancêtres apportée par les esclaves importés d’Afrique et de Madagascar, devenue une création réunionnaise.

JPEG - 42.7 ko

Le servis kabaré est une cérémonie d’hommage aux ancêtres. C’est un apport venu de Madagascar et d’Afrique. Son objectif est d’instaurer une communication entre les vivants et les morts. Dans une société orale comme La Réunion, marquée par des influences venues de plusieurs continents, le servis kabaré a vécu un processus de créolisation qu’a décrit le chercheur.

Yu-Sion Live a commencé son exposé sur la créolisation des expressions malgaches à La Réunion dans servis kabaré. Il a noté des pertes d’éléments phonétiques et sémantiques de la langue malgache suite à la transmission. Il a souligné que des faits religieux interdits peuvent s’effacer en une génération. Les souvenirs familiaux ne vont pas au-delà troisième génération. C’est la limite temporelle de l’oralité. Des variantes du servis kabaré se produisent dans chaque famille, même si des éléments d’un noyau dur restent inchangés. La place primordiale de la danse et de la musique est soulignée. Ce sont les moyens de médiation avec les esprits. Les paroles malgaches créolisées sont supposées être la langue de communication, elles font référence à des mots malgaches. L’origine africaine se manifeste par des danses rapides et saccadées avec des chants, qui supposent la présence d’un esprit africain. Le saupoudrage de farine est une pratique venue du Mozambique.

« Malgré des variantes, ce rituel n’est plus malgache ni africain, mais purement une création réunionnaise », a indiqué Yu-Sion Live. « Il mélange des pratiques héritées d’Afrique et Madagascar, mais aussi imprégné de pratiques hindoues, musulmanes ». Plutôt que de syncrétisme, Yu-Sion Live y voit une synthèse, avec la juxtaposition de divinités issues de plusieurs cultures.

Le nouveau contexte politique de La Réunion a vu une renaissance du servis kabaré ces 30 dernières années. Cela représente une réaffirmation de l’identité culturelle, ce sont des reconquêtes culturelles et identitaires.

M.M.