Culture et identité

Trois bougies et un caractère à affirmer

Festival du 1er et 2nd film français, à Saint-Paul de La Réunion

Témoignages.re / 11 octobre 2007

Le mois d’octobre - celui du “printemps” austral et de tous les espoirs naissants - va-t-il devenir le mois du cinéma à La Réunion ? C’est en bonne voie puisque après le Festival portois du foisonnement et du dynamisme débrouillard du film d’Afrique et de ses diasporas insulaires, vient à la fin du mois le Festival du 1e et 2nd film français, qui souffle cette année ses trois bougies. Il y avait du beau monde, hier, en mairie de Saint-Paul, autour du gâteau anniversaire, pour la présentation de l’événement cinématographique de cette fin de mois.

Le Festival du film de Saint-Paul concoctée par Fabienne Redt, la Présidente, se veut être un festival du film français. À la différence du Festival international du 1er film, créé à Annonay, dans l’Ardèche, il y a 23 ans, ou encore du Festival du 1er film francophone de la Ciotat (Bouches du Rhônes), le Festival qui a élu domicile à Saint-Paul veut donner leur chance à des 1er et 2nd longs-métrages français et se situe d’emblée dans un circuit économique et institutionnel bien établi. On comprend tout l’intérêt de ce choix lorsqu’il s’agit de promouvoir notre île comme « terre de tournage », selon l’orientation politique que la Région Réunion, l’une des partenaires de ce Festival, donne à son soutien au 7e art. Mais fallait-il que l’appellation “Festival de La Réunion” vienne cautionner un choix de contenu délibérément restrictif - en ce sens que, culturellement parlant, La Réunion n’est pas “que” française, loin s’en faut ? Enfin, c’est ainsi ! et cela ne doit pas décourager le public de venir découvrir des films de grande qualité. D’autant que la qualité est loin d’être le critère dominant du tout-venant ordinairement mis à l’affiche de nos cinémas par le circuit de la grande distribution cinématographique.

La Réunion terre de tournage

Le Festival saint-paulois aura lieu cette année du mardi 23 au samedi 27 octobre au ciné Cambaie, le multiplex de Saint-Paul, et en plein air sur la place des Brisants, à Saint-Gilles, où trois projections gratuites d’un long-métrage donnent rendez-vous au public près de la plage des Roches-Noires.
Dès l’ouverture, le mercredi 24 octobre à 9h30, la Rencontre professionnelle mettra en présence invités du Festival, professionnels de l’île et divers institutionnels sur la thématique “Réunion terre de tournage”, à l’École des Beaux-Arts, au Port. C’est la seule manifestation du festival qui n’aura pas lieu sur le territoire de la commune de Saint-Paul.
Le programme comporte 8 films, qui seront projetés en exclusivité, et dont 6 font partie de la sélection officielle, la moitié d’entre eux ayant fait partie d’une sélection au Festival de Cannes 2007.
“Un secret” de Claude Miller - le réalisateur qui préside le jury cette année -, projeté hors compétition, fera l’ouverture du Festival. La clôture, le samedi soir, se fera en musique avec “Faut que ça danse”, une comédie dramatique de Noémie Lvovsky (2006). Les 6 films de la compétition officielle comporte 4 premières œuvres et 2 seconds films.

Un flot de “célébrités”

Une vingtaine d’invités les accompagnent jusqu’ici - comédiens, réalisateurs, producteurs - dont beaucoup sont des noms connus du cinéma français. A commencer par Patrick Bruel, parrain de cette troisième édition ; il sera entouré notamment de Claude Miller, Julie Depardieu, Ludivine Sagnier, Valeria Bruni Tedeschi, Noémie Lvovsky, Louis Garrel, Aïssa Maïga (qu’on a pu voir dimanche dernier au Port dans “Bamako”, pour lequel elle a été nominée au César du meilleur espoir féminin), Clément Sibony ou encore Vincent Martinez, que les fidèles du festival saint-paulois ont pu découvrir dans “Ecorchés”, au programme de la première édition (2005).
Le Festival sera aussi l’occasion de rencontrer des figures connues des grands cinéphiles, comme les réalisateurs Olivier Panchot, David Oelhoffen, Nadine Labaki (Caramel), Idit Cebula (Deux vies plus une) ; les acteurs Jocelyn Quivrin et Nicolas Giraud ou les producteurs François Kraus, Olivier Charvet, Olivier Delbosc et Marie Masmonteil.
Au nombre des invités s’ajoutent 3 actrices - Alysson Paradis, Aure Atika et Florence Thomassin - qui viennent comme jurées. Elles seront en tout 5 jurées venues de France, sous la présidence de Claude Miller, auxquelles se joindront ici la comédienne Rachel Pothin, le photographe Raymond Barthes, Rodolphe Pacaud, Directeur régional de Canal+, et Ali Sekkaki, délégué académique d’éducation artistique et à l’action culturelle, conseiller technique du Recteur.

Trois leçons de cinéma et un concours pour jeunes talents

Lors de la soirée de clôture, le samedi 27 à 20h15, trois “Mascarins” seront remis aux lauréats : le Mascarin du meilleur film est primé par la Fondation France Télévisions ; celui de la meilleure interprétation féminine, par le magazine “Marie-Claire” et celui de la meilleure interprétation masculine, par “Studio Magazine”. Pour le symbole, le mascarin était un perroquet endémique de La Réunion (mascarinus mascarinus), disparu entre 1650 et 1750 ; et c’est un bijoutier designer de l’École des Beaux-Arts, au Port, qui a proposé pour le premier Prix l’idée d’un trophée en forme d’œuf, coulé en argent massif, symbole d’éclosion d’un talent.
Pendant la durée du Festival, auront lieu trois “leçons de cinéma”, des ateliers conçus comme autant d’occasions pour les professionnels de La Réunion, mais aussi les amateurs, les scolaires et le grand public, de rencontrer les invités du Festival et, pour les jeunes surtout, de découvrir les métiers du 7e art (voir encadré).
Enfin, un concours de courts-métrages et jeunes talents est organisé cette année pour permettre à des jeunes de 12 à 25 ans et à des “amateurs passionnés de cinéma” de mettre en avant leur talent. Ils devront réaliser un court-métrage (3’) sur le thème de “La sauvegarde du patrimoine réunionnais”. Mises en ligne sur le site www.clicanoo.tv, les œuvres seront d’abord notées par les internautes. Les 30 premiers films choisis seront visionnés par un jury qui en sélectionnera 6, et les 6 lauréats - outre les Prix qui leur seront décernés (un appareil photo vidéo pour les deux premiers) - verront leur premier court-métrage projeté sur le site de la plage des Brisants en avant-première de la compétition des longs-métrages français. Une très bonne initiative, pour permettre l’expression de talents en herbe ! On la doit au fait que, pour la première fois cette année, tous les collèges et lycées de l’île ont été invités à participer cinématographiquement à l’événement.

P. David


Le programme au Ciné Cambaie

Mardi 23 octobre

20h15 : soirée d’ouverture au ciné Cambaie (multiplex) - Un secret, de Claude Miller, en présence du réalisateur, de Ludivine Sagnier, Patrick Bruel et Julie Depardieu.

Mercredi 24 octobre - soirée officielle*
20h15 : Nos retrouvailles, de David Oelhoffen en présence du réalisateur, de Nicolas Giraud et Olivier Charvet.
22h30 : Caramel de Nadine Labaki.

Jeudi 25 octobre

14h00 : Nos retrouvailles, de David Oelhoffen - séance scolaire**
19h30 : Un secret, de Claude Miller - séance publique (8 euros)
soirée officielle
20h15
 : Actrices, de Valeria Bruni Tadeschi.
22h50 : Deux vies plus une, d’Idit Cebula.

Vendredi 26 octobre

14h30 : L’âge d’homme... maintenant ou jamais !, de Raphaël Fejtö - séance scolaire**
19h30 : Nos retrouvailles, de David Oelhoffen - séance publique (8 euros)
soirée officielle
20h15 :
L’âge d’homme... maintenant ou jamais ! de Raphaël Fejtö
22h05 : Sans moi, d’Olivier Panchot

Samedi 27 octobre

19h30  : L’âge d’homme... maintenant ou jamais !, de Raphaël Fejtö - séance publique (8 euros)
20h15 : Faut que ça danse ! de Noémie Lvovsky - soirée de clôture.

* soirées officielles : uniquement sur carton d’invitation
** séances scolaires : gratuites (sur réservation auprès de Nancy Ramaye au 0262.48.10.19)


Le Festival balnéaire

Dans le cadre d’une “opération cinéplage” destiné à donner au festival un caractère festif et balnéaire, trois projections gratuites, en plein air et sur écran géant (300 m2) attendent le public sur la plage des Brisants, aux Roches-Noires :

- Mercredi 24 octobre à 19h : Un secret, de Claude Miller.

- Jeudi 25 à 19h30 : Caramel, de Nadine Labaki.

- Vendredi 26 à 19h30 : Deux vies plus une, d’Idit Cebula, en présence de la réalisatrice, de Jocelyn Quivrin et François Kraus.

Les ateliers de cinéma

Trois ateliers seront organisés pendant la durée du Festival. Ils sont gratuits, et leur accès étant limité par le nombre de places disponibles, puisqu’ils ont lieu au lycée Evariste de Parny, à Plateau Caillou, il est conseillé de réserver sans délai*.

- Jeudi 25 octobre, 10h30 : La leçon de cinéma de Claude Miller

- Vendredi 26, 10h30 : Du scénario à l’écran - le processus de création d’un long-métrage, avec Yann Gilbert (producteur), Elisabeth Tanner (Artmédia) et la réalisatrice et comédienne Aure Atika.

- Samedi 27 à 10h30 : La vie des plateaux, avec l’équipe du film L’âge d’homme... maintenant ou jamais ! de Raphaël Fejtö.

* Renseignements et réservation auprès de Nancy Ramaye : 0262.48.10.19