Culture et identité

Un hommage aux Réunionnais morts sans sépulture

La kiltir nout mémwar par le PCR

LB / 2 novembre 2019

Ce jeudi 31 octobre à 17 heures au cimetière du Père Lafosse au Gol (Saint-Louis), le Parti Communiste Réunionnais a organisé une belle cérémonie en hommage aux Réunionnais morts sans sépulture. Cela s’est passé devant la stèle inaugurée à ce sujet le 31 octobre 2009 par Paul Vergès, président de Région et fondateur du PCR, décédé le 12 novembre 2016.

JPEG - 145.2 ko

Cette stèle a été créée par la Maison des Civilisations et de l’Unité Réunionnaise et elle rappelle que « des centaines de milliers d’enfants, de femmes et d’hommes ont été arrachés à leur terre natale pour être mis en esclavage sur cette île de la fin du 17e siècle jusqu’à l’abolition de 1848 ». Elle ajoute : « Le Code Noir les réduisait à l’état de ‘’biens meubles’’. L’esclavage colonial les a privés de sépulture et a effacé toute trace de leur présence. Tout être humain a droit au souvenir. Par ce monument, nous réparons cet oubli. Nous rendons hommage à leur vie, à leur courage et à ce qu’ils nous ont légué ».

Cette 10e cérémonie a été ouverte par Yvan Dejean, secrétaire général du PCR, qui a remercié les camarades et amis pour leur mobilisation et il a donné la parole à Reynolds Michel, président de l’Espace pour Promouvoir l’Inter-culturalité. Cet ancien responsable du Centre pour le Développement et la Promotion Sociale, qui a notamment beaucoup travaillé à Saint-Louis sur la valorisation du cimetière du Père Lafosse, « un haut lieu de mémoire », a « remercié nos ancêtres qui ont combattu l’esclavage et nous devons rester sur leurs traces ».

« Cultiver la mémoire »

Ensuite, Élie Hoarau, le président du PCR, a rappelé que « nous sommes tous concernés par l’esclavage et l’engagisme, les souffrances vécues par nos ancêtres, qui nous ont transmis par leur âme un soleil à apporter dans nos existences ». Il a également souligné que « nous devons cultiver la mémoire de ces crimes contre l’humanité » commis par les responsables de l’État colonial français comme Colbert, Napoléon, etc.

La cérémonie s’est terminée par un dépôt de fleurs par tous les participants devant la stèle et les remerciements de Ghislaine Cataye, une des responsables de la Section communiste de Saint-Pierre. Et Jean-Yves Grondin, un responsable de la Section communiste de Saint-Louis, a conclu en chantant un morceau du très beau chant de Lindigo intitulé ‘’Afrik, Inde, Mada’’.

L. B.