Culture et identité

Une belle réussite pour le konkour ‘’LanKRéol 2019 – Pri Daniel Honoré’’

Nout kiltir

Témoignages.re / 7 novembre 2019

Voici des extraits d’une note de presse très intéressante publiée par le Conseil de la culture, de l’éducation et de l’environnement (CCEE) de La Réunion, présidé par Roger Ramchetty, lors de la remise du prix de l’édition 2019 du concours LanKRéol, qui s’est déroulée après la clôture du très intéressant Colloque inter-CCEE tenu du 22 au 25 octobre dernier.

JPEG - 41.6 ko

Dans le cadre de la défense et de la promotion de la langue créole, le CCEE, l’UDIR (Union pour la défense de l’identité réunionnaise) et
la Ligue de l’enseignement - Fédération de La Réunion organisent un concours de poésie en créole réunionnais, konkour Fonnkèr. Et en mémoire au grand zarboutan de la culture réunionnaise et à la langue créole, le CCEE a décidé d’associer, légitimement, le nom de Daniel Honoré à ce concours littéraire LanKRéol. Initiateur de ce concours en 2004, il l’a toujours soutenu durant ses 14 éditions. Ce concours s’intitulera désormais ‘’LanKRéol – Pri Daniel Honoré’’ et c’est un concours littéraire en créole réunionnais, de libre créativité, sans thème ni système graphique imposés.
Le CCEE a souhaité que le concours littéraire en créole réunionnais, institué depuis plus d’une décennie, soit plus que jamais ancré dans le paysage culturel réunionnais. Ainsi, il a relancé le 21 février dernier (Journée internationale de la langue maternelle décrétée par l’UNESCO), pour la 2e année consécutive, l’appel à candidatures pour lékritir de fonnkèr an kréol rényoné. Cette année, le concours LanKRéol bénéficie du parrainage d’un de nos grands fonnkézèr, Patrice Treuthardt.

À travers LanKRéol, les membres du CCEE, institution qui représente la société civile réunionnaise organisée, œuvrent pour la défense et la promotion du créole réunionnais. Il est maintenant admis, comme l’UNESCO le rappelle, qu’une langue qui ne s’écrit pas finit par disparaître. De plus, pour que les langues résistent, il est nécessaire qu’elles se renouvellent, par le biais de la littérature principalement. L’ambition du CCEE, en encourageant l’écriture du créole réunionnais par le concours LanKRéol, est de favoriser le développement de cette langue en tant que langue de communication et langue de culture.
Pourquoi un concours en langue créole ?
- parce que c’est la langue maternelle de la majorité des Réunionnais ;

- parce qu’elle est tout à fait apte à transposer l’imaginaire réunionnais, riche en contes et légendes, et à exposer le rapport de l’Homme réunionnais au monde ;

- parce qu’elle fait partie intégrante de l’identité réunionnaise ;

- parce qu’une langue non écrite est une langue en danger ;

- parce que même si, favorisée, notamment par les besoins liés à l’enseignement, elle connaît un développement croissant, la littérature en créole réunionnais a encore besoin d’être stimulée, encouragée, reconnue.

L’engouement pour le Pri LanKRéol en quelques chiffres : depuis 2004, ce sont 145 candidatures, 228 œuvres examinées et 30 auteurs primés et remarqués. Et en 2019, on ne compte pas moins de 42 candidats qui ont fait parvenir près de 178 œuvres au total.
Le jury était composé de Annie Darencourt, Vanessa Hervé, Danièle Moussa, Barbara Robert, Sylvain Gérard – sinonsa Gouslaye, Stéphane Waro, sous la présidence de Patrice Treuthardt.

Trois premiers prix

Les trois premiers prix LanKRéol Fonnkèr 2019 attribués le vendredi 25 octobre dans le cadre de la sominn kréol :
- 1er prix : Cindy Refesse pour ‘’Adié Gramoun…’’,
’’Barokazri d’Iangaz’’,
’’In kèr oulpatizé’’,
’’Konpèr lo sien ansanm komèr lo sat…’’, Zanimoun.
- 2e prix : Serge Ulentin pour ‘’Dépi tan pti’’,
’’Kabar pou la mandoz’’,
’’Kom in piano desu la plaj’’,
’’Kom in zoizo dan la kol jak’’,
’’Mi mèt mon kër dann bor out kër’’.
- 3e prix : Patrick Cazanove pour ‘’La Siklone’’.
Les koudkèr du jury : ‘’La Rak’’ et ‘’Zanfan batar’’ (Dominique Deniset) ;
’’Zézér’’ (Stéphane Maillot) ;
’’Fany’’ (Jessica Tourville) ; ‘’Marsh’ dann fé’’ et ‘’Foutan fonn’ker blues’’ (Patrick Atide) ; ‘’In derniè pansé’’ (Jérémy Hubert).

Le prochain rendez-vous : le 21 février, journée internationale de la langue maternelle avec le lancement du prochain concours LanKRéol 2020.