Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > Culture > Hommage

Il y a 46 ans : le meurtre impuni de Rico Carpaye

Commémoration

lundi 18 mars 2024


Le 14 mars dernier avait marqué le 46e anniversaire du meurtre impuni de Rico Carpaye. Ce jeune portois fut victime d’une descente de militants pro-départementalistes dans la commune du Port. En 2009, Eugène Rousse publia un livre intitulé « Hommage à sept martyrs réunionnais (1949 — 1978) ». Il rappela les circonstances de ce meurtre perpétué au rond-point du Sacré-Cœur le 14 mars 1978 par des nervis du député de la seconde circonscription et du maire de Saint-Paul.


Les élections législatives du 12 mars 1978 opposant Paul Vergès à Jean Fontaine dans la seconde circonscription (à l’époque, de La Possession à Saint-Louis) ont été précédées d’une campagne électorale très violente. Durant cette campagne, des scènes d’une extrême violence se sont produites notamment à Saint-Louis et à Saint-Paul. (…)
L’analyse des résultats de ce scrutin montre que, par rapport aux législatives du 18 mars 1973, les gains de Paul Vergès et de Jean Fontaine se chiffrent respectivement à 893 et 134 voix. C’est probablement la médiocrité de son score qui incite ce dernier à se rendre au Port, moins de 48 heures après la proclamation des résultats et son élection au poste de député. (…)

La Préfecture complice du crime

Les moyens mis en œuvre par Jean Fontaine prouvent qu’il s’agit d’une initiative dictée essentiellement par le désir d’aller narguer chez lui un adversaire qui l’a battu de près de 2.300 voix le 12 mars et de s’en prendre à la population portoise pour son refus de lui accorder sa confiance.
Ce qui étonne en la circonstance, c’est l’attitude de la Préfecture. Informée du projet réel du député, elle s’abstient d’en informer la Mairie du Port, se bornant a dépêcher vers la cité maritime une centaine de gendarmes et de CRS.
Une telle mobilisation alimente au Port une rumeur selon laquelle une expédition punitive de Jean Fontaine est imminente dans la cité maritime. D’autant plus que les élus portois sont informés de la préparation, en tout début d’après-midi sur la place de la mairie de Saint-Paul, d’un convoi de plusieurs dizaines de véhicules, dont 5 camionnettes communales bourrées de nervis, recrutés à l’occasion de la campagne électorale. (…)

L’horreur au Sacré-Cœur

Après plusieurs actes de violences commis à travers la ville du Port, sur le chemin du retour vers Saint-Paul, le cortège conduit par Jean Fontaine arrive au carrefour du Sacré-Cœur. Il est accueilli aux cris de “vive Vergès” par des jeunes portois qui se tiennent de chaque côté de la chaussée sur laquelle la circulation se fait quasi normalement. (…)
À 19 heures 40 c’est l’horreur : trois camionnettes communales de Saint-Paul se mettent à rouler de front ; deux de ces véhicules n’hésitent pas à rouler sur les bas-côtés, au risque de faucher les personnes qui s’y sont massées. Après leur passage éclair, on relève sur le terrain de nombreux blessés, dont 9 sérieusement touchés.
Transportés au CHD de Bellepierre à Saint-Denis ou à la clinique Jeanne-d’Arc du Port, certains de ces blessés, tel le jeune Norbert Vincent, y resteront de longues semaines. Mais pour Rico Carpaye, âgé de 17 ans à peine, il est trop tard.

Aucun procès

Projeté sur le capot d’une camionnette pilotée par un employé de la Mairie de Saint-Paul, ce dernier le fait chuter brutalement en freinant, puis l’écrase froidement avant de foncer vers Saint-Paul. C’est donc un cadavre qui est transporté d’abord à la clinique Jeanne d’Arc puis au CHD de Bellepierre. (…)
Il nous faut déplorer que les responsables du crime commis au rond-point du Sacré-Cœur le 14 mars 1978 n’aient pas été inquiétés par la Justice. La volonté d’étouffer un aussi gros scandale est évidente. “Étouffer”, c’est bien le mot qu’il convient d’employer ici car les plaintes portées tant par la famille du défunt que par le maire du Port n’ont jamais été instruites et n’ont, a fortiori, jamais débouché sur un quelconque procès.

Eugène Rousse


Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus