Hommage

« Ces chrétiens martyrs au Sri-Lanka »

Intervention de Mgr Aubry au rassemblement de solidarité aux victimes des attentats de Pâques

Témoignages.re / 4 mai 2019

JPEG - 54.3 ko

« Quand la barbarie se déchaîne, il n’y a pas à hésiter. Nous la condamnons. Il nous faut toujours contenir la force vitale et l’empêcher de dériver vers la violence destructrice de la vie physique et sociale. La vie, la vie humaine est sacrée. Tout l’or du monde ne vaut pas un visage humain. Et chaque visage humain vient signer une évolution où l’Homme, les hommes et les femmes sont appelés à bâtir cette fraternité sans frontières à laquelle rêvent les poètes et pour laquelle les prophètes sont capables de donner leurs vies.

Ce n’est pas d’abord une question de religion. C’est une aspiration fondamentale qui engendre une trajectoire de liberté et de responsabilité. Vie… vita… Life. Dans toutes les langues, on peut arriver à chanter « C’est beau, c’est beau la vie ! ». Quand Notre Dame de Paris brûle, des larmes peuvent couler sur les visages. Une prise de conscience collective s’opère alors sur la valeur d’un trésor architectural et religieux. Et même si les murs s’effondrent, l’Église tient debout.

Quand 250 personnes, enfants, femmes et hommes sont tués dans des attentats, nous sommes loin du Sri-Lanka. Mais ces défunts sont dans nos coeurs et dans les coeurs de leurs frères migrants actuellement à La Réunion. Il nous faut nous tenir debout. Ces chrétiens qui ont trouvé la mort dans leurs églises deviennent pour nous des martyrs qui nous disent que dans la transcendance, sans le souffle spirituel, sans l’Esprit, sans Die à visage humain, l’Humanité ne peut logiquement pas construire raisonnablement son avenir. Ces martyrs chrétiens tués dans leurs lieux de culte proclamaient par leurs prières que toute minorité doit être respectée avec ce qui fait ses raisons de vivre dans un pays où les légitimes diversités doivent se conjuguer pour construire le bien commun.

Nos pensées, nos réflexions, nos prières rejoignent les prières de ces martyrs et la prière de toute l’Église au Sri-Lanka pour ceux qui sont morts, pour leurs familles, pour les pardons et les réconciliations à venir, pour l’avenir de leur pays. En une période où les tensions et les conflits s’exaspèrent, nous qui sommes réunis sur notre île de La Réunion, il nous faut nous laisser réunir par la vie elle-même sur notre sol et jusque dans nos âmes… Il nous faut nous laisser nous remettre en cause par « Le Vivant » pour être ensemble, pour vivre ensemble, pour mieux vivre ensemble dans le même souffle de vie, ici et partout dans le monde. »