Hommage

Des hommages du monde

Il y a 5 ans Laurence Vergès nous quittait

Témoignages.re / 3 novembre 2017

À l’annonce du décès de Laurence Vergès, des messages sont venus de plusieurs régions du monde.

JPEG - 64.8 ko
Laurence Vergès dans une manifestation de l’UFR.

Le Comité de solidarité de Madagascar a souligné que « C’est avec une grande tristesse que nous apprenons le décès de Laurence. Laurence a été une grande amie de Madagascar et un exemple d’internationalisme, de militantisme pour toutes les femmes des îles de l’océan Indien ».

Le journal Imongo Vaovao a également salué la mémoire de la militante : « C’est avec une grande tristesse que le Journal « Imongo Vaovoa » a appris le décès de la Camarade Laurence Vergès, une des grandes figures du combat pour la Justice, l’Egalité et la Paix, non seulement au niveau de la Région Océan Indien, mais également bien au-delà et avec tous les Peuples luttant pour la Liberté ».

Pour sa part, Olivier Bancoult, président du Groupe Réfugiés Chagos, a déclaré qu’« en ces moments difficiles, en mon nom personnel et celle de mon épouse Marilyne, les membres du Groupe Refugiés Chagos ainsi que tous les staffs du bureau GRC, nous tenons à vous faire part de nos sincères condoléances et à partager votre peine ».

Le Parti communiste chinois affirme pour sa part que « Mme Laurence VERGES, qui est militante du PCR de la première heure, a participé à de nombreux combats politiques réunionnais depuis des années, notamment en faveur de la condition des femmes de l’île. Son décès constitue une perte énorme pour le PCR. En cette douloureuse circonstance, nous encourageons votre Parti à continuer à déployer des efforts pour favoriser le développement de l’île, les droits de l’Homme et le bien-être de la population réunionnaise ».

Quant au PCF, il rend hommage à Laurence Vergès en ces termes : « Militante de longue date du PCF avant son départ pour La Réunion, ancienne résistante, Laurence avait contribué au développement de l’activité du secteur Culture du PCF animé par Laurent Casanova au milieu des années 1950. Sa force de conviction et son engagement infatigable pour les droits des femmes firent d’elle une personnalité de premier plan du peuple réunionnais dans son combat pour l’émancipation. Nous chérirons son souvenir. »