Hommage

En souvenir de Rosa Martin, ce bout de femme, militante exemplaire

Saint-André

Paul Dennemont / 13 mars 2018

Le 8 mars, à l’occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes, une manifestation, à l’initiative de femmes communistes de la Réunion, s’est déroulée à Champ-Fleury, en solidarité avec les femmes en lutte dans le monde. A La Réunion, les femmes ont toujours joué un rôle essentiel dans les luttes qui ont marqué l’Histoire du pays. A Saint-André, Rosa en faisait partie.

JPEG - 87.6 ko

Militante emblématique du Parti Communiste Réunionnais à Saint-André, fidèle soutien à Témoignages, dévouée, et d’une grande modestie, Marie-Thérèse Martin, née Bomel, plus connue sous le surnom de Rosa, nous quittait le 7 février 1990. De nombreux proches, amis et camarades, parmi lesquels Elie Hoarau et Paul Vergès, avaient tenu à saluer une dernière fois ce bout de femme, au caractère bien trempé, qui avait accompagnait Ary Payet et d’autres camarades dans les combats du PCR, à Saint-André. Elle avait 67 ans.

En son hommage, dans Témoignages du 8 février 1990, sous la plume de Guy Aquiliméba, on pouvait lire : « La Section PCR de Saint-André perd l’une de ses fidèles militantes… Rosa s’était engagée, dès ses plus jeunes années dans les batailles du Parti, aux côtés successivement du Dr Vergès, alors Maire de Saint-André, Ary Payet, puis Laurent et Paul Vergès, Secrétaire général du PCR. Son combat courageux contre la fraude, avec toute sa famille, notamment sa sœur Suzie(1), s’il lui attira toujours adhésion et sympathie, dans le camp des travailleurs, déclencha chez les adversaires, contre la militante communiste la répression, et son licenciement de son poste d’employée communale, aussitôt la mort du Dr Vergès… ».

« … Tous les moyens malhonnêtes ont été ensuite utilisés pour tenter de lui faire courber la tête… Mais compter sur un relâchement de sa part, c’était mal connaitre Rosa, car derrière sa faible silhouette, se cachait une militante conséquente, toujours présente aux rendez-vous que lui fixait son peuple. Elle aura menée une vie militante active jusqu’à ses derniers instants, et avec son franc-parler bien connu… », ajoutait Guy.

Les militants de Saint-André, notamment les plus anciens, se souviennent de la motivation de Rosa à participer, chaque année, à la fête de Témoignages qu’elle n’aurait ratée pour rien, en compagnie de ses proches parmi lesquels, Léon Martin. Rappelons que ce « directeur d’Ecole, militant syndical et politique, était originaire de Saint-André. Il avait dès son plus jeune âge, noué des liens d’amitié avec Paul et Jacques Vergès, tous scolarisés à l’école des garçons de la ville ». Léon Martin nous a quittés le 11mars 2006. (Eugène Rousse, Témoignages du 13 mars 2006).

Rosa s’en est allée, il y a 18 ans déjà. Elle restera pour celles et ceux qui l’ont connue, un exemple d’engagement courageux, et de fidélité. La célébration de la journée internationale des droits des femmes nous fournit l’occasion de le rappeler.

A joutons que Rosa qui a été aussi une militante de la première heure de l’UFR, à Saint-André, du temps d’Isnelle Amelin, et Laurence Vergès, était la sœur( 1) de Suzie Bomel , fonctionnaire territoriale à la Mairie de Saint-André du temps du Dr Vergès jusqu’à sa retraite en 1986. Une dame honorablement connue, très appréciée, disparue le 15 décembre 2012. Quelques mois avant sa disparition, le 20 mars, son nom avait été donné à l’Ecole de la ZAC Fayard, Saint-André.

Paul Dennemont