Hommage

Eugène Rousse : l’adieu à un acteur des transformations de La Réunion

Dernier hommage à « l’historien des luttes du peuple réunionnais »

Manuel Marchal / 5 décembre 2019

La famille et les amis d’Eugène Rousse lui ont rendu hier un dernier hommage dans la salle d’adieu du centre funéraire de Commune Prima. Ce fut l’occasion de saluer l’œuvre accomplie par Eugène Rousse au service de la connaissance de l’histoire des luttes du peuple réunionnais.

JPEG - 83.2 ko

Les obsèques d’Eugène Rousse se sont déroulées hier après midi au centre funéraire de Commune Prima à Saint-Denis en présence de nombreuses personnes. Des amis et des proches sont venus témoigner leur solidarité à la famille du regretté disparu.
Ce dernier hommage fut l’occasion pour la famille d’Eugène Rousse de retracer la vie de celui qui passa tellement de temps à écrire celle des autres, militants ou dirigeants. Après avoir grandi à La Montagne, Eugène Rousse habita brièvement à Saint-Denis avant d’être reçu au concours d’entrée à l’Ecole normale d’instituteurs. Après sa formation à Aix en Provence, il fut nommé au Port, ville qu’il ne quitta plus jamais durant sa carrière.

JPEG - 49.4 ko

Eugène Rousse était un militant de la Ligue des droits de l’homme, de « l’Ecole réunionnaise » au sein du SNI, et il fut aussi conseiller municipal du Port de 1971 aux côtés de Paul Vergès, à 2008 avec Jean-Yves Langenier.
Après avoir fait valoir ses droits à la retraite en 1983, Eugène Rousse se consacra à la connaissance de l’histoire des luttes du peuple réunionnais. Cela se traduit par plusieurs ouvrages, ainsi que par un film qu’il réalisa à l’occasion du 50e anniversaire de l’abolition du statut colonial à La Réunion en 1996.

Cette évocation biographique fut suivie par plusieurs messages personnels de petits enfants d’Eugène Rousse, lus avec beaucoup d’émotion. Ils rappelaient qu’Eugène Rousse voulait toujours aller de l’avant et qu’il était satisfait de sa vie qui lui permit de réaliser la plupart de ses projets.

Hommage du PCR

JPEG - 52 ko

La parole fut ensuite donnée à Elie Hoarau, président du PCR, qui fit part de la solidarité de son Parti avec la famille durement éprouvée. Il revint sur l’œuvre de « l’historien de luttes du peuple réunionnais ». Elle donna la possibilité de placer sous les feux des projecteurs des combats essentiels, notamment contre la fraude électorale. Elle sortit également de l’oubli ceux qui ont donné leur vie pour la cause du peuple réunionnais, et qui sont honorés dans un livre rendant hommage aux « Sept martyrs ». Eugène Rousse n’était pas qu’un observateur, mais un acteur des changements que La Réunion a connu tout au long de sa vie, a rappelé Elie Hoarau.

Hommage de la CGTR

JPEG - 57.4 ko

Georges-Marie Lépinay, ancien secrétaire général de la CGTR, a tout d’abord rappelé qu’Eugène Rousse était membre de la Ligue des droits de l’homme. Cette organisation fut essentielle dans la création des syndicats à La Réunion. Les dirigeants de la CGT venaient d’ailleurs de la Ligue des droits de l’homme.
Georges-Marie Lépinay souligna également la grande contribution d’Eugène Rousse au succès des 50 ans de la CGTR l’an passé. Son travail de recherche fut grandement apprécié dans la préparation de cet événement.

C’est sur cette dernière intervention que s’est clôturée la cérémonie d’adieu. Eugène Rousse laisse aux Réunionnais une œuvre immense, un travail qui devra être poursuivi.

M.M.