Hommage

Hommage à Yvrin Bérile

Jean-Paul Ciret / 6 octobre 2020

Yvrin Bérile, décédé ce samedi 3 octobre à Saint-André, fait partie de ces hommes qui ont fait et continuent de faire l’honneur de notre Parti.

JPEG - 69.4 ko
Yvrin Bérile est au premier rang, 3e en partant de la gauche, sur cette photo de militants de la Section PCR de Saint-André.

Ouvrier agricole, dès son plus jeune âge, coupeur de cannes, il a été habitué au dur labeur au point que devenu adulte, il lui arrivait de couper jusqu’à 11 tonnes de cannes en une journée ! Ce qui n’est pas à la portée du premier venu. En tant que militant du PCR, toujours fidèle et dévoué, dans la ligne de son père « Canyo Bérile » et de ses frères, il s’est battu pour un idéal, dans son quartier de Grand Canal et du Chemin de la Sorect.

C’est sans doute à ce titre que, lors des premières élections européennes de juin 1979 qui voient l’élection de Paul Vergès au Parlement Européen, il fut victime des nervis sur la place de la mairie de Saint-André. Parmi eux, un certain « Bébé » venu spécialement de l’Ile Sœur, et qui s’acharna, en plus d’Yvrin Bérile, sur nos regrettés camarades Ary Payet et André Robert dit « Ti-Coq Chinois ».
Pour être tout à fait complet à propos de cette affaire, le fameux « Bébé », rapidement exfiltré vers Maurice, n’eut jamais à rendre compte à la bien nommée « Justice Coloniale » de l’époque, dont le magistrat instructeur osa s’interroger si les blessures d’Ary Payet n’avaient pas été provoquées par une chute à cause des racines des arbres qui existaient à cette période devant la Mairie de Saint-André. Hallucinant !

Bien évidemment, ce sont des choses dont vous n’entendrez jamais parler dans les médias. Et justement, avec la disparition d’ Yvrin, nous perdons, non seulement un fidèle camarade, mais aussi un témoin - des années sombres - de l’histoire politique de Saint-André.

Jean-Paul Ciret