Hommage

Hommage aux combattants réunionnais de la liberté

Une belle commémoration de la Libération de La Réunion de 1942

Correspondant Témoignages / 28 novembre 2016

Ce samedi 26 novembre devant le cimetière marin du Port, s’est déroulée une traditionnelle et belle cérémonie pour célébrer lʼanniversaire de lʼintervention décisive du contre-torpilleur Le Léopard dans le cadre de la libération de La Réunion le 28 novembre 1942 du régime pro-nazi installé en France et dans notre pays. Cette cérémonie fut l’occasion de rendre hommage aux trois victimes portoises des affrontements entre les résistants réunionnais à ce régime et ses collaborateurs ainsi qu’aux combattants réunionnais de la liberté que furent notamment Léon de Lépervanche et Paul Vergès.

JPEG - 81.2 ko
Les tombes des victimes et de Léon de Lépervanche ont été fleuries, en fidélité au souvenir, contre l’oubli. (photo AD)

Une trentaine de personnes ont participé à cette commémoration, qui a été précédée par deux chants célèbres toujours portés par les combattants de la liberté : ‘’Le Chant des Partisans’’, créé en 1943 par Maurice Druon, Joseph Kessel et Anna Marly, ainsi que ‘’Le Chiffon rouge’’ (Michel Fugain – 1977). Un chant qui nous lance cet appel dans son refrain : « Accroche à ton cœur un morceau de chiffon rouge, une fleur couleur de sang. Si tu veux vraiment que ça change et que ça bouge, lève-toi car il est temps ».

Ensuite, le grand ‘’zarboutan nout kiltir’’ qu’est Eugène Rousse a pris la parole pour rappeler ce qui s’est passé au Port en 1942 lors de ces événements, où notamment trois personnes ont été victimes de bombardements : mesdames Maria Rouzoumbo (21 ans) et Julien Rebella (34 ans) ainsi que monsieur Maurice Odon (33 ans). Il a également souligné le rôle très important accompli dans ce combat par le responsable communiste Léon de Lépervanche, qui fut maire du Port de 1945 à 1961 et député avec Raymond Vergès lors du vote de la loi du 19 mars 1946 pour abolir officiellement le statut de colonie de La Réunion.

JPEG - 74.6 ko
Jean-Yves Langenier a rendu un hommage à l’engagement de Paul Vergès, dans les Forces Françaises Libres dès 1942, et tout au long de sa vie, au service des Réunionnais. (photo AD)

L’ex-maire communiste du Port, Jean-Yves Langenier, est aussi intervenu lors de cette cérémonie pour rendre hommage à ces personnes ainsi qu’à Paul Vergès, alors âgé de 17 ans, qui quelques semaines après la libération de La Réunion a rejoint avec son frère Jacques et d’autres militants réunionnais les Forces Françaises Libres. Il a également remercié chaleureusement les personnes qui ont répondu à l’appel de la Section communiste du Port à participer à cette rencontre pour exprimer leur fidélité à tous les combats à dimension universelle de Paul Vergès, décédé il y a deux semaines.

Après cette intervention de Jean-Yves Langenier, la chorale militante et le public ont de nouveau chanté ‘’Le Chant des Partisans’’, avec notamment ce message à ne pas oublier : « C’est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères. La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère. Ami, entends-tu ces cris sourds du pays qu’on enchaîne ? ». En conclusion de la cérémonie, tout le monde s’est rendu dans le cimetière pour aller déposer des fleurs sur les tombes des trois victimes du 28 novembre 1942 et sur celle de Léon de Lépervanche, avec quelques mots très intéressants d’Eugène Rousse. Voilà pourquoi il est important de rassembler les personnes attachées à la mémoire des combats pour la liberté des peuples ainsi qu’au patrimoine historique de la ville du Port et de La Réunion…

Correspondant

JPEG - 98.9 ko
Eugène Rousse, comme chaque année, a retracé et fait revivre la journée historique du 28 novembre 1942. (photo AD)
JPEG - 102.5 ko
’Le Chant des Partisans’ et ’Chiffon rouge’, les deux chants ont retenti samedi matin, deux chants de lutte, deux chants de résistance. (photo AD)