Hommage

Hommage de Reynolds Michel à Lulu : « nous sommes des êtres vulnérables »

Lucien Biedinger a rejoint sa dernière demeure

Reynolds Michel / 7 décembre 2020

Ce 2 décembre au cimetière paysager du Port, Reynolds Michel a rendu hommage à son camarade Lucien Biedinger à l’occasion de la mise au tombeau des cendres du défunt. Voici le texte de cet hommage.

JPEG - 89.7 ko

La mort fait partie de notre condition humaine
L’homme, disait un écrivain anglais, n’est ni maître de sa venue sur terre ni de son départ.
Son unique pouvoir est de bien mûrir (W. Skakespeare)
Lulu, tu as eu une belle vie
Tu as connu l’amour et les luttes
Les cendres contenues dans cette urne funéraire ne sont que l’enveloppe qu’à contenue ta vie.

« Il restera de toi l’essentiel : ce que tu as donné.
Et quand, un jour plus tard, les larmes de notre affection auront séché, alors en terre, en vent, en feu, en eau et en amour, tu aura été accompli de l’au-delà de ta destinée au cœur du Grand Mystère,
Un jour appelé Vie, trop tôt appelé Mort, en Dieu »
(Philippe Grignard)

Reynolds Michel


Chercher en avant

Ne le cherchez pas en arrière, ni ici, ni là,
ni dans les vestiges matériels qui vous sont naturellement chers.
Il n’est plus là. Il ne vous attend plus là.
C’est en avant qu’il faut le chercher, dans la construction de votre vie renouvelée…
Soyez lui fidèle là, et non point dans une sentimentalité rétrospective
avec laquelle il faut avoir le courage de briser.
Sa véritable trace n’est pas dans certaines manifestations de son activité.
Leur disparition même si douloureuse qu’elle puisse vous paraître,
doit vous libérer, non vous déprimer.
Non pas oublier, mais chercher en avant.
Malgré tout ce que vous pouvez sentir ou croire, reconnaître avec
évidence que votre vie doit se poursuivre. Je suis persuadé qu’elle commence.
Décidez-vous seulement à ne plus vivre dans le passé,
ce qui ne veut pas dire que vous oubliez celui-ci, mais seulement que votre manière
la vraie - de lui être fidèle doit consister à construire en avant, c’est-à-dire à être digne de lui.
Ne vous isolez donc pas.
Ne vous repliez pas au fond de vous-mêmes.
Mais voyez le plus possible vos amis.
Donnez-vous.
C’est ce don qui vous libérera et vous épanouira.
Je voudrais que vous trouviez nombre de gens et de choses auxquels, noblement, vous vous donnerez.

Pierre Teilhard de Chardin