Nos peines

Hommage du Parc national de La Réunion à Vincent Boullet

16 février

Le Parc national de La Réunion, ses agents, les membres du Conseil d’administration, du Conseil scientifique et du Conseil économique social et culturel se joignent au Président Éric Ferrère pour rendre hommage à la mémoire de Vincent Boullet, membre du Conseil d’administration du Parc national et expert extérieur au Conseil scientifique qui nous a quitté en début de semaine.

Si le patrimoine exceptionnel de l’île de La Réunion a su obtenir ses lettres de noblesse et la reconnaissance internationale d’être classé comme Bien au Patrimoine mondial de l’humanité pour ses Pitons, Cirques et Remparts ; on le doit incontestablement au concours de deux hommes, René Robert et Vincent Boullet et à leurs connaissances scientifiques exceptionnelles.

Dans la continuité de Thérésien Cadet, Vincent Boullet a su démontrer par une analyse comparative fine, en reprenant une à une les îles océaniques du monde, ce que la nature de l’île de La Réunion revêtait comme particularités et exceptionnalités.
« - une offre d’habitats exceptionnelle,
- des ceintures de végétations mésothermes et altimontaines complètes, en bon état de conservation dans un gradient altitudinal d’habitats naturels remarquable,
- une diversité archipélique d’espèces élevée où 2 espèces sur 3 sont endémiques aux Mascareignes,
- l’originalité afro-indienne de la composante flore,
- une représentativité surfacique importante de l’étage altimointain qui culmine à plus de 3000 m,
- des habitats et des paysages endémiques… »

« Dans le monde, seule la sœur jumelle située dans le Pacifique, l’archipel d’Hawaï, présente des caractéristiques comparables à celles de l’île de La Réunion associée aux Mascareignes… » disait-il.

Expert pour l’UICN-France, il rappelait que dans un contexte mondial d’érosion de la biodiversité où les îles sont aux premiers rangs d’extinctions des espèces, La Réunion n’était pas épargnée et qu’il y avait urgence à préserver l’intégrité de la Valeur Universelle et Exceptionnelle du Bien.
Ses nombreuses années passées en tant que Directeur scientifique du Conservatoire Botanique National de Mascarin l’avait amené à étudier de près la flore et les habitats de l’île et à les préserver. Ceci lui avait permis de constater l’altération et la disparition progressive du patrimoine naturel de l’île du fait notamment de la puissance de transformation causée par les espèces invasives.

« La réalité d’une nature réunionnaise à la fois exceptionnelle et profondément menacée renvoie chacun, collectivités, institutions, associations, citoyens, à unir leurs efforts pour prendre les mesures nécessaires pour faire face à l’urgence de la sauvegarde de notre patrimoine ».
Impliqué, dès qu’il en avait l’opportunité Vincent mettait au service des acteurs réunionnais ses connaissances et ses compétences pour les accompagner dans cette tâche. Le Parc national de La Réunion, gestionnaire du Bien, souhaite témoigner de sa gratitude et de sa reconnaissance pour les nombreuses années de collaboration partagées avec Vincent Boullet.
Nul doute que tous les apports laissés par Vincent Boullet ont rendu le territoire plus riche en savoir et plus fort pour réussir ensemble à préserver nos paysages et notre biodiversité. À l’image de cet Homme de transmission, cela passera par notre engagement à valoriser et à partager au plus grand nombre les merveilles et la valeur de la nature qui nous entoure.

Le Parc national présente ses plus sincères condoléances à la famille de Vincent et à ses proches et leur témoigne toute sa sympathie.

Dé zarboutan la éklèr nout fénwar é la lès pou nou zot fonn kèr, in fors, in l’espwar. Zordi nout tour pou port lo fanal, avansé et kontinyé émé et défann nout natur, nout péi, nout Zarlor. Mèrsi gramoun Réné, gra moun Vincent, Zot y rès dann kèr la Rényon.

Eric Ferrère, Président du Conseil d’administration du Parc national de La Réunion


Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?