Hommage

Hommage du PCR à Albert Ramassamy

Parti Communiste Réunionnais / 6 novembre 2018

Le Parti communiste réunionnais a publié hier un communiqué saluant la mémoire d’Albert Ramassamy.

JPEG - 36.2 ko

Au seuil de sa 95e année, Albert Ramassamy est décédé.
Le Parti Communiste Réunionnais s’incline devant cet homme qui, sa vie durant, a surmonté avec ténacité les obstacles rencontrés du fait de sa naissance dans une famille digne et modeste. Comme il le rappelait lui-même, dans cette 3e République française pour laquelle le statut de citoyen et des droits qui y étaient attachés — en théorie — dépendaient pour beaucoup de la couleur de la peau : « Dommage — s’était-il maintes fois entendu dire — qu’un homme doué d’une telle éloquence la pa gainiyé la koulèr ! »
Cette 3e République revendiquant sa mission de civilisation des “peuples inférieurs“comme on disait alors, organisait des expositions coloniales dont l’une des attractions fort prisée n’était autre qu’un zoo humain peuplé de femmes et d’hommes présentés comme des « sauvages ». L’exposition coloniale de 1931, à Paris, fut sans doute l’une des plus cruellement sauvages. Albert Ramassamy avait 8 ans.
Ce rappel est nécessaire pour que les jeunes générations comprennent la détermination sans faille dont il fallait faire preuve pour s’imposer dans un établissement scolaire réservé — dans les faits — aux enfants de “bonne famille”.

Patiemment, avec ténacité, Albert Ramassamy réussira dans la voie qu’il s’est tracée. Il sera instituteur, dirigera le SNI — Syndicat National des Instituteurs ­— puis sera professeur agrégé, censeur et enfin proviseur.
Cette ténacité sera également la marque de son engagement politique contre la revendication d’autonomie portée, dès 1959, par le Parti Communiste Réunionnais. Cette opposition ainsi que les orientations prises en France par son parti, la SFIO, le conduiront à se porter aux côtés de Michel Debré en tant que départementaliste.
Socialiste, il combat le projet d’Assemblée unique prônée par François Mitterrand. Puis il s’opposera à la bidépartementalisation. En 1983, les voix des grands électeurs PCR, lui permettront d’accéder au Sénat, assemblée dont il dira combien son impuissance est décevante.

Au soir de sa vie, il avait beaucoup évolué sur de nombreux sujets, surtout qu’il avait sous les yeux les conséquences sociales de l’impasse politique du cadre inchangé depuis 1946. Un chiffre : 180 000 chômeurs alors que nous avons encore 240 000 scolarisés et que nous cheminons vers le million d’habitants.

Près d’un siècle de vie, en terre réunionnaise, Albert Ramassamy nécessite beaucoup plus qu’une réaction. De nombreux acteurs de cette période politique intense disparaissent. Le PCR invite les jeunes générations à s’intéresser et approfondir la connaissance de l’histoire de La Réunion.
À ses trois enfants, petits-enfants et à tous ses proches, le Parti Communiste Réunionnais présente ses sincères condoléances.

Fait au Port, ce lundi 5 novembre 2018
Le Bureau de presse