Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Culture > Hommage

Hommage du PCR à Paul Vergès

« Faire vivre la mémoire de Paul Vergès, poursuivre ses combats inachevés tout en menant les luttes qui relèvent de notre temps, telles sont les tâches qui nous incombent »

samedi 13 novembre 2021


Voici le contenu de l’intervention de Julie Pontalba au nom du PCR, à l’occasion de l’hommage rendu lors du 5e anniversaire de la disparition de son fondateur et ancien dirigeant, hier au cimetière paysager du Port.


Paul Vergès nous a quittés le 12 novembre 2016. A ce jour, et avec le recul, l’opinion émet les deux appréciations suivantes : sa disparition laisse un vide immense et son départ de la Région a été une grave erreur. Il était un personnage indissociable de l’histoire et de la vie de ce pays. Désormais, il nous reste son œuvre, tout aussi immense et inachevée, qu’il nous appartient de poursuivre et de rendre immortelle, comme le sous-entend le titre du livre que Gilles Bojan lui a consacré, en 2016, quelques mois avant son décès.

A commencer par la reconnaissance de notre histoire et l’émancipation de notre peuple.

En 1959, sous son impulsion, le Parti Communiste Réunionnais est crée en lieu et place de la Fédération du Parti Communiste Français à La Réunion. C’est un acte politique majeur. C’est l’affirmation de l’existence d’un peuple réunionnais. Le PCR est crée pour défendre le peuple réunionnais, tandis que le PCF défend le peuple français. Depuis cette date, nous savons qui nous sommes et pourquoi nous luttons. En plus de 60 d’existence, le PCR a mené de nombreuses et importantes luttes pour obliger au respect du citoyen réunionnais, de son identité, de ses droits et de son histoire.
Cette année, à l’occasion du 75e anniversaire de l’abolition du statut colonial, nous avons consacré une brochure à la lutte qu’il a engagée pour faire du 19 mars, la 2e date célébrée à La Réunion, après celle du 20 décembre. En effet, peu avant son décès, en février 2016, il avait déposé au Sénat, une proposition de loi, en ce sens. Dans n’importe quel pays, la fin de la colonisation est un jour célébré et férié, pourquoi cela ne pourrait pas être ainsi ici ? Comme si, au fond, la colonie n’avait jamais existé. Pourtant ses traces sont bien là et un travail de reconnaissance est donc nécessaire. C’est un combat que nous avons porté avec lui et qui nous semble juste de poursuivre.
Il a été une figure de la lutte anti-coloniale, à La Réunion et, auprès des autres peuples opprimés. Il leur a matériellement et politiquement apporté son soutien. Afrique du Sud, Madagascar,… Paul Vergès et les membres du PCR, ont concrètement apporté leur aide aux femmes et aux hommes qui, dans le monde, luttaient pour leurs droits fondamentaux. C’est exemplaire, et c’est, ce que nous nous efforçons de continuer à faire, lorsque par exemple les militants du Parti Communiste Réunionnais ont reçu, le mois dernier, des Chagossiens pour une grande opération de solidarité.
Paul Vergès c’est donc cet homme, Réunionnais, qui est entré dans l’Histoire de son pays et celle du monde. Grâce à lui et ses contemporains, La Réunion est entrée dans l’Histoire des Peuples qui luttent pour le respect de leurs droits et leur émancipation.

Paul Vergès c’est aussi celui qui a mené la lutte sur les effets du changement climatique

Dans ce domaine, il nous a laissé une œuvre théorique et pratique, considérable, qui permet aujourd’hui aux Réunionnais d’entrer de plain-pied et avec audace dans la civilisation bas-carbone, de respect de la biodiversité, de l’épanouissement culturel et de l’égalité entre nous les humains. Hasard du calendrier, en ce moment même se termine, le sommet de la COP26, à Glasgow, qui doit décider de la marche à suivre au niveau mondial pour faire face au dérèglement dû au réchauffement climatique.
Nous nous rappelons alors, que le 4 septembre 1996, à l’occasion d’une conférence de presse, Paul Vergès et Philippe Berne, alertaient pour la 1ère fois l’opinion publique, sur le réchauffement climatique et ses conséquences. En 25 ans, cette préoccupation réunionnaise a croisé une conscience devenue planétaire et portée aujourd’hui par les plus jeunes.
Nous avons désormais conscience de faire partie du monde et de vivre les multiples contradictions du système d’exploitation capitaliste planétaire. Les problèmes ne sont pas là-bas et nous, ici, bien au contraire nous sommes tous autant victimes que responsables.
L’exemple le plus récent, qui illustre le mieux cet esprit de co-responsabilité, est celui de ce petit virus né dans un petit coin du monde et qui a bouleversé la terre entière en à peine quelques mois, causant sur 2 ans plus de 5 millions de décès.
Le confinement quasi-planétaire qu’il a entraîné, nous a appris à nous satisfaire de l’essentiel et nous a amené à nous interroger sur la fragilité de l’espèce humaine. Avec cette catastrophe sanitaire mondialisée, le besoin de porter l’attention sur la sauvegarde de la vie est de faite plus pressante.
Tout nous oblige à être collectivement et personnellement plus responsable. De nouveaux défis attendent le monde dans cette nouvelle civilisation, et comme toujours, La Réunion devra apporter sa contribution.
La bataille climatique, l’émancipation des peuples, la lutte contre les injustices, les inégalités, la pauvreté ont toujours fait partie des combats des communistes réunionnais. Il nous incombe de poursuivre ces idéaux. La feuille de route est écrite, à nous de la mettre en œuvre.
Voilà pourquoi, le PCR réclame depuis 2017, la tenue à La Réunion, d’une Conférence Publique Territoriale, élargie à toutes les forces vives pour permettre de recueillir les idées et de les analyser afin de construire un projet réunionnais qui respecte les enjeux locaux et mondiaux. C’est une démarche qui se veut consensuelle, n’excluant personne et permettant d’apporter une réponse globale et partagée à nos problèmes.
Le succès de cette démarche fait partie des nouvelles missions de toutes les personnes qui s’inspirent du parcours et de la vision de Paul Vergès.
Ainsi, faire vivre la mémoire de Paul Vergès pour que personne n’oublie sa contribution à notre île et au monde, poursuivre ses combats inachevés tout en menant les luttes qui relèvent de notre temps, telles sont les tâches qui nous incombent. C’est unis, en tant que Réunionnaises et Réunionnais responsables que nous les assumerons !




Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Messages

  • Vite, un train péi, un TER Ste Rose-St Joseph enfin ! Cela marquera une page en lien avec ce qui arrive à la planète et qui continue hélas à la dégrader dans une indifférence manifeste, où sont les responsables, les citoyens qui réagissent en être réactionnaires bien sur ? Savez-vous combien on brule de pétrole brul par jour actuellement ? Réponse, plus de 100 000 000 de barils, cent millions vous vous rendez-compte ? Pourquoi faire ? Le bruler, pour faire de l’électricité, rouler, fabriquer des plastiques qui, en 2050, seront plus nombreux dans les mers que les poissons ! La Cop 26, c’était prévisible et hélas du Bla Bla Bla, comme l’a prévu si bien Gréta Tunberg avant et après ce rassemblement destiné à faire changer de cap, réagir avant la catastrophe, les prochaines se dérouleront en Egypte puis aux Emirats Arabes Unis, qui sont en train de construire des stades climatisés pour la coupe du minde de foot qui se déroulera chez eux, dans ce payx désertique, donc très chaud, un gouffre de gaspillage d’énergie non renouvelable, du pétrole, c’est fou, ce monde nous rend irresponsable, égoiste, non lucide, Au secours Paul Vergès, ils n’ont rien compris, persistent de nous entraîner dans le mur, l’impasse, aie aie aie ! Arthur.

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus