Hommage

Mario et Suzanne, Suzanne et Mario, une indestructible générosité

Décès de Mario Crescence

Claudette et Jean / 15 février 2018

JPEG - 36.2 ko

 

Mario Crescence est parti.

C’est vrai, hélas, ni son épouse et sa nombreuse famille, ni aucun de nous, ses amis, nous ne le verrons plus autrement qu’en photo ou, de façon plus prégnante encore, dans notre mémoire.

Partout, tout le temps, en famille, dans son travail, en réunions syndicales : ouvrières, de planteurs et politiques avec la cellule “L’Etincelle”, en réunions publiques, en vendant le Témoignages du samedi, en porte à porte, en résistant aux attaques de nervis, à la fraude électorale, en accueillant avec sa coutumière bienveillance — dans sa cour, tout en haut du Chemin Crescence à Tan Rouge — la Troupe Laborieuse d’Eusèbe Zitte pour des après-midis et des soirées consacrées au Maloya, pour des séances de cinéma populaire, bref, en toute occasion, Mario Crescence s’est montré l’exemple même d’un homme bienveillant au cœur généreux, toujours prêt à donner un koudmin.

Ses qualités, sa bonhommie et son grand courage lui ont conféré une réelle autorité naturelle au point que même au plus fort des confrontations politiques, ses adversaires le respectaient.

Et c’est pour cela que — pour nous toutes et tous — Mario reste et restera toujours aussi vivant. Et il le restera d’autant plus que penser à Mario conduit toujours à penser aussitôt à Suzanne.

Imaginer Mario sans Suzanne ou Suzanne sans Mario ? Impensable !

À eux deux, Suzanne et Mario personnifiaient l’appel à se rassembler pour être toujours plus nombreux et pouvoir agir plus fort pour que change la vie. Ensemble, soudés, Suzanne et Mario ont été de toutes les luttes. Pugnaces face à l’échec, heureux et modestes dans la victoire.

Cette bienveillante et affectueuse générosité, Suzanne et Mario en ont gratifié tous leurs enfants, petits-enfants et arrières petits-enfants. Pour avoir eu l’honneur et surtout la chance d’être invités à des fêtes de famille chez Suzanne et Mario, nous pouvons témoigner de la très douce et bienfaisante ambiance émanant de ces assemblées.

Bien sûr, l’absence physique de Mario est une dure épreuve pour Suzanne, leurs enfants, et toute leur famille et tous leurs amis.

Bien sûr que nous avons tous le cœur serré en de tels moments.

Mais bien sûr aussi que, pour combattre notre chagrin, nous avons — gravés au plus profond de nous — tant de merveilleux souvenirs associés à Suzanne et Mario.

Merci Mario pour tout ce que tu as apporté aux autres tout au long des combats de ta vie.

Merci Suzanne d’être le vivant témoignage d’une aussi généreuse existence.

Nous sommes momentanément éloignés de La Réunion, mais, par la pensée, nous sommes très proches de toi, Suzanne — Madame Mario — et de toute ta famille rassemblée.

Et, pensant très fort à toi, nous voyons Mario toujours à tes côtés.

 

Claudette et Jean