Hommage

Raymond Langenier nous a quittés

Disparition d’une figure portoise

Témoignages.re / 13 avril 2017

Raymond Langenier aura marqué la vie associative de la ville du Port durant des décennies. Il s’est éteint mardi dernier, 11 avril, dans sa soixante-quatrième année, victime d’un accident vasculaire cérébral qui l’a vite condamné.

JPEG - 61.7 ko
Raymond Langenier, une figure portoise respectée qui aura marqué la vie de sa cité.

Grandi au Port, il était le plus jeune de la fratrie des Langenier, qui comptait huit enfants, trois filles et cinq garçons. Marié et père de deux filles, Raymond laissera à toutes les personnes qui l’ont connu le souvenir d’un homme calme et pondéré, toujours respectueux des autres. Son abord était simple, et facilité par la petite distance qu’il mettait entre les choses et lui, faite d’une sagesse teintée d’humour. Il dégageait une fidélité solide envers ses engagements, comme le prouve le rôle important qu’il a pu jouer sur la scène associative portoise, et sur une longue période.

C’est dans les années 80 que Raymond Langenier s’embarque aux côtés d’Alain Séraphine dans l’aventure de l’Atelier Portois, avec cette idée qui fut appelée à croître et embellir au fil des expériences, celle de former un savoir-faire réunionnais du monde artisan. Puis vint le temps de l’association Pass’Port, dont il fut le président. Un président à la fois discret et écouté, qui a fortement contribué à irriguer les quartiers du Port d’une démarche neuve en matière d’éducation populaire, nourrie d’une conscience réunionnaise. Le temps de ce Pass’Port-là s’est achevé en 2009, après avoir essaimé au-delà des frontières portoises et au-delà même des frontières réunionnaises.

Après la veillée qui s’est tenue mardi soir à Primat, la cérémonie funéraire a eu lieu mercredi après-midi, suivie de la crémation à 16 heures.

C’est avec une profonde tristesse que le comité de section du Port du PCR a appris mardi soir la disparition de cette figure respectée et aimée qu’était Raymond Langenier. Sitôt la réunion terminée, les camarades se sont rendus au centre funéraire, pour marquer leur solidarité.

La direction et les militants du PCR tiennent à exprimer leurs sentiments fraternels à l’épouse de Raymond, Edwige, à ses deux filles Raïssa et Gaëlle, à Jean-Yves et Alex ses frères, ainsi qu’à tous leurs
proches. Témoignages s’associe à ces condoléances.