Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Culture > Hommage

Roch Wamytan : « Hommage à Déwé Gorodey »

Nos peines

mardi 16 août 2022


La Kanaky Nouvelle-Calédonie pleure la disparition de Déwé Gorodey, militante culturelle et indépendantiste qui nous a quittés dimanche. Voici l’hommage rendu par Roch Wamytan, membre du FLNKS et président du Congrès de Kanaky Nouvelle-Calédonie.


Portrait Déwé Gorodey, le 24 juillet 2016 – Par Pkobel — Travail personnel, CC BY-SA 4.0

Déwé s’en est allée. C’est avec une profonde émotion que le président du congrès, Roch Wamytan, souhaite adresser, au nom de l’ensemble des conseillers de la Nouvelle-Calédonie et des agents du congrès, ses plus sincères condoléances et tout son soutien à sa famille ainsi qu’à l’ensemble de ses proches.

Déwé était son deuxième prénom, Gorodey (ou Gorodé) son nom de jeune fille, qu’elle avait choisi de porter dans sa vie publique. Femme politique et écrivaine, elle s’est éteinte ce dimanche matin à l’hôpital de Poindimié à l’âge de 73 ans. Elle était née dans la tribu de l’Embouchure, à Ponérihouen, le 1er juin 1949. Tout au long de sa vie, ses engagements politique et culturel seront menés de front avec force, détermination et cohérence pour signer un parcours exceptionnel.

Vingt ans au gouvernement

Déwé Gorodey est enseignante depuis deux ans quand elle participe en 1976 à la création du Palika, le Parti de libération kanak. Cette femme de convictions sera membre du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie pendant 20 ans, sans discontinuer, de sa création en 1999 jusqu’en 2019 et dont elle sera la Vice-Présidente à deux reprises.

Son visage incarne le secteur de la Culture, qui lui doit notamment la création du Poemart, de la Sacenc ou encore du Salon international du livre océanien, le Silo. Elle a également été en charge de la Condition féminine et de la Citoyenneté, de la Jeunesse et des Sports, ainsi que des Affaires coutumières et des Relations avec le Sénat coutumier.

La culture kanak, sa lutte

Deux dossiers lui tiennent à cœur : l’enseignement des langues kanak et les signes identitaires. Sa volonté de faire connaître la culture et les traditions kanak, pour les faire connaître au monde, a poussé Déwé Gorodey, conteuse traditionnelle, à écrire de nombreux poèmes, contes et nouvelles, romans et pièce de théâtre. De « Sous les cendres des conques » en 1985 jusqu’ « A l’orée du sable » en 2014, elle publie quatorze ouvrages.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus