Hommage

Un hommage réunionnais à Nelson Mandela

Journée mondiale du 18 juillet

Correspondant Témoignages / 21 juillet 2017

À l’occasion de la Journée Mondiale consacrée à Nelson Mandela le 18 juillet, un hommage a été rendu par des Réunionnais à ce grand militant de la cause anti-apartheid et premier président noir d’Afrique du Sud, afin de commémorer sa contribution à « la promotion d’une culture de paix ». Cette commémoration a eu lieu en particulier à la Médiathèque Benoîte Boulard du Port, lors d’un goûter-philo animé par le Cercle Philosophique Réunionnais, et à la Section communiste du Port.

JPEG - 61.6 ko
La minute de silence de la Section communiste du Port ce mardi 18 juillet devant la photo de Nelson Mandela « pour une vie meilleure pour tous ».

À cette occasion, il a été notamment rappelé que durant cette Journée internationale Nelson Mandela, proclamée par l’UNESCO le 10 novembre 2009 et célébrée le 18 juillet de chaque année, « chaque citoyen du monde est appelé à consacrer symboliquement soixante-sept minutes de son temps à une œuvre au service de la collectivité, en mémoire des soixante-sept années que Mandela a vouées à sa lutte pour l’égalité, la réconciliation et la diversité culturelle. Elle nous appelle à agir tous ensemble vers un monde sans discrimination et pauvreté ». Le 18 juillet correspond à la date d’anniversaire de Nelson Mandela (né en 1918) et le 18 juillet 2010, la première célébration, correspond à ses 92 ans (il est décédé 3 ans après).

Il a aussi été rappelé que Nelson Mandela a été l’un des dirigeants historiques de la lutte contre le système politique institutionnel de ségrégation ethnique (apartheid) avant de devenir président de la République d’Afrique du Sud de 1994 à 1999, à la suite des premières élections nationales non ségrégationnistes de l’histoire du pays. Nelson Mandela est entré au Congrès national africain (ANC) en 1943, afin de lutter contre la domination politique de la minorité blanche et la ségrégation ethno-culturelle menée par celle-ci. Devenu avocat, il participe à la lutte non-violente contre les lois de l’Apartheid, mises en place par le gouvernement du Parti national à partir de 1948. Le 5 août 1962, il est arrêté par la police sud-africaine sur indication de la CIA, puis est condamné à la prison et aux travaux forcés à perpétuité. Dès lors, il devient un symbole de la lutte pour l’égalité entre les humains et bénéficie d’un soutien international croissant.

Après vingt-sept années d’emprisonnement dans des conditions souvent très dures, Mandela est relâché le 11 février 1990. S’inspirant alors de la pensée ubuntu dans laquelle il a été élevé, il soutient la réconciliation et la négociation avec le gouvernement du président Frederik de Klerk. En 1993, il reçoit avec ce dernier le prix Nobel de la paix pour avoir conjointement et pacifiquement mis fin au régime de l’apartheid et jeté les bases d’une nouvelle Afrique du Sud démocratique.

Nelson Mandela devient le premier président noir d’Afrique du Sud en 1994. Il mène une politique de réconciliation nationale entre Noirs et Blancs ; il lutte contre les inégalités économiques. Après un unique mandat, il se retire de la vie politique active, mais continue à soutenir publiquement le Congrès national africain tout en condamnant ses dérives.

Impliqué par la suite dans plusieurs associations de lutte contre la pauvreté ou le sida, il demeure une personnalité mondialement reconnue en faveur de la défense des droits de l’Homme. Il est salué comme le père d’une Afrique du Sud multi-ethnique et pleinement démocratique, qualifiée de « nation arc-en-ciel », même si le pays reste confronté à de graves problèmes d’inégalités économiques, de tensions sociales et de replis communautaires.

Enfin, il a été rappelé que le peuple réunionnais a été solidaire des combats de Nelson Mandela par de nombreuses manifestations et autres actions organisées à La Réunion pour soutenir la lutte du peuple sud-africain contre l’apartheid et pour la démocratie. Dans cet esprit, des lieux publics ont reçu le nom de Nelson Mandela pour qu’il ne soit pas oublié par les Réunionnais et que nous soyons fidèles à ses combats pour la justice et la paix (une rue et un stade au Port, un gymnase à Saint-Pierre, un centre culturel à La Possession, une cité à Bagatelle de Sainte-Suzanne…). La Ville du Port a été jumelée avec celle de Durban et le gymnase du collège de l’Oasis porte le nom de Dulcie September, une militante de l’ANC assassinée en France en 1988. Il y a eu aussi des échanges sur l’apartheid social à La Réunion, une minute de silence à la Section du Port et la diffusion du chant ‘’Mandela’’ de l’artiste réunionnaise Christine Salem. Un symbole très fort…

Correspondant