Hommage

« Un pionnier, un homme fondamental, un Noir debout »

Paul Vergès rend hommage à Aimé Césaire

Témoignages.re / 18 avril 2008

Dans un communiqué, le président de la Région Réunion souligne qu’« entre Aimé Césaire et La Réunion, les liens resteront à tout jamais extrêmement forts pour les combats menés, hier et aujourd’hui. »

C’est avec une profonde émotion que le Président de Région Réunion a pris connaissance du décès d’Aimé Césaire.

Entre Aimé Césaire et La Réunion, les liens resteront à tout jamais extrêmement forts pour les combats menés, hier et aujourd’hui.

La Réunion a été très honorée d’avoir participé aux derniers entretiens politiques d’Aimé Césaire.

L’entretien réalisé en visioconférence entre Aimé Césaire et Paul Vergès, enregistré le 07 mars 2006 et diffusé le 18 mars 2006, à l’occasion du 60e anniversaire de la loi du 19 mars 1946, revêt aujourd’hui une dimension historique.

Aimé Césaire et Paul Vergès ont croisé leur point de vue, notamment sur l’évolution de leur pays, de leurs populations, durant ces 6 décennies.

Des débats qui ont essentiellement porté sur la question de l’identité.

Cette question de l’identité a été au cœur du dernier livre “Nègre je suis, Nègre je resterais”, recueil d’entretiens qu’il a accordés à Françoise Vergès.

C’était en juillet 2004, à Fort-De-France. Des entretiens aux implications poétiques et politiques, ouverts sur les traces identitaires laissées par l’esclavage et la colonisation.

Lors de l’entretien que Paul Vergès a récemment accordé au Réseau France Outre-Mer, il avait alors déclaré : « Aimé Césaire a été l’homme fondamental, un Noir debout qui a réussi à faire se lever tous les Antillais, les gens des Caraïbes, les intellectuels africains. Il a assisté à la Sorbonne au 100e anniversaire de l’abolition de l’esclavage. Il a participé, à Paris, en 1956, au premier Congrès international des écrivains et artistes noirs. A 94 ans, il représente une telle référence qu’aucun chef d’Etat ne peut aller en Martinique sans lui rendre hommage. Pour ceux qui s’affirment « Nègres », c’est une grande fierté. Au fur et à mesure du déroulement de l’histoire, disparaîtront les notions d’inégalités. Dans sa lutte contre le racisme, pour l’identité noire, pour la culture de l’Afrique, il restera un pionnier ».