Il était une fois

Il était une fois, Auguste lacaussade, poète réunionnais - 2 -

Témoignages.re / 11 mars 2008

C’est avec joie que Lacaussade et le groupe des abolitionnistes voient arriver l’heure de la libération des esclaves dans les colonies françaises. Ils se lancent avec fougue dans le combat républicain. Mais, Louis-Napoléon Bonaparte est élu Président de La république, une république dont il sera bientôt le fossoyeur par le coup d’État du 2 décembre 1851. Victor Hugo s’exile et les républicains subiront bientôt la répression. Lacaussade ne se consacrera plus qu’à ses travaux littéraires.

Journaliste et traducteur

Lacaussade n’a pas une vie facile : la pension qui lui vient de La Réunion ne lui suffit pas et la littérature ne nourrit pas son homme. Il collabore néanmoins à la Revue des deux mondes et à La Revue de Paris où s’expriment les sensibilités romantiques. Il tente une direction du journal de Vannes, mais ce n’est pas une réussite et la publication doit s’interrompre. De ce côté donc, c’est un fiasco, mais son activité de traducteur sera plus heureuse. Il se fera notamment remarquer par ses traductions d’auteurs de langue anglaise. C’est ainsi qu’il fera connaître aux lecteurs francophones, les œuvres du barde écossais, Ossian. Comme il est polyglotte, il fera également des traductions d’auteurs italiens et aura une histoire d’amour avec La Pologne, laquelle donnera naissance à un ouvrage intitulé “Auguste Lacaussade, poète réunionnais et La Pologne”.

Son œuvre poétique

Parallèlement, il poursuit l’édification de son œuvre poétique : ce n’est pas, tant s’en faut, un auteur prolixe, mais c’est un auteur de qualité. Il a produit trois ouvrages en vers : les salaziennes, puis “poèmes et paysages” et enfin “Épaves”. Il sera récompensé par des prix littéraires, mais ses œuvres ne connaîtront pas des succès comparables à celles de Leconte de Lisle, le chef de l’école parnassienne.
En ce qui concerne ses sources d’inspiration, elles sont pleinement réunionnaises : l’eau, le feu, les pics hérissés. Mais cette nature intervient pour magnifier l’esprit rebelle. Celui du poète et celui des noirs marrons. Il met en scène Anchaing dans une des Salaziennes, en ces termes :
Il préférait sa vie incertaine et sauvage/ A des jours plus cléments coulés dans l’esclavage /Et debout sur ces monts qu’il prenait pour témoins/ Souvent il s’écriait : je suis libre du moins Il n’y a pas de doute, Lacaussade ne pouvait se résoudre à vivre dans la société coloniale qui le rejetait et qu’il rejetait. Quant à sa terre réunionnaise, il est sûr qu’il l’aimait, bien plus que d’autres, même s’il s’en est tenu éloigné pendant la quasi-totalité de sa vie...
C’est à Paris qu’il meurt en 1897 à 84 ans... Ses cendres reposent aujourd’hui au cimetière d’Hell Bourg, alors si vous passez par-là, n’oubliez pas de les saluer : c’était un grand Réunionnais ; un zarboutan nout kiltir !


Lavé in foi, Auguste Lacaussade, in poète rénioné..(2)
Ou i parl si bann Lacaussade té kontan kan la abolir lésklavaz dann bann koloni La Frans. Ala zot i mète azot a fon dann la politik pou défann la répiblik...Soman, la shiass i vé ké Louis-Napoléon Bonaparte i gingn zéléksion prézidan épi li-mèm i trahi la Répiblik : li fé in kou d’état épi li di so kou issi, li mèm l’anprèr...Bann répiblikin i tard pa gouté : Victor Hugo i égzil ali.Lacaussade, son tour, i arète avèk la politik épi li mazine arienk ékri.

Zournalis épi tradiktèr.
Nou la fine di , son vi té pa fasil : dé katsou téi sort La Rénion lété pa assé pou li. Épi, lékritir,i viv pa èk sa...Li ékri kant mèm dann dé zournal oussa bann romantik i rouv z’ot kèr. Li diriz in zournal solman l’afèr i foir...Konm li koné in bon pé langaz, li tradui bann liv, in moun banna téi apèl « le barde écossais ». Li la mèm tradui inn-dé liv an langaz italien .Li frékant La Pologne épi déssi la finission son vi, li va fé in liv déssi péi-la.

Son bann fonnkèr.
Li kontinié, dousman-dousman ékri son bann fonnkèr. Li ékrir pa in ta, mé sak li ékrir lé valab : « les salaziennes », « poèmes et paysages », « Épaves ». Li gingn inn-dé prix pou sa, mé li konète pa la gloir. ..Lé pa étonan si bann moun la Frans la pa bien konpri ali : Lacaussade, sé vréman in poèt rénioné.Dann son bann fonnkèr, i parl delo, dofé, gran-gran montagn épi ranpar i dsann mèm dann fon la-ba i donna ou mo d’kèr. Tousala sé pou manifèst son robélion, kont bann kolonial, pou bann maron sak i sava kashiète dann boi. Li la fé in poèm déssi Anchaing, valab oté ! Téi fo bann kolonial téi èm pa li, épi li-ossi li té èm pa banna.
Mi mète sa in pé an kréol kass-kassé :
« Li téi préfèr son vi danzéré é sovaz, Par raport bann zour i koul dann lésklavz,, Débout déssi bann pik, li té pran konm témoin, Souvan li té i di :moin lé lib o moin ! »
Na poin doutans, sa la tèr la Rénion-la, sa in nafèr li la émé, plis k’in bonpé, moin lé sir, mèm si li l’arète loin pandan lontan.
Li mor dann Paris, lané 1897.Li nana 82 z’an..Moin la fine di k’son dépouye, lé dann simitir Hell Bourg dopi févrié 2006. Si zot i pass par-la, rann ali in vizite ! in pti bonzour an passan. Li vo la pène :Sa té in gran rénioné ! in zarboutan nout kiltir !