Il était une fois

Il était une fois... l’ordonnance du roi Louis XIV interdisant la chasse aux tortues

Georges Gauvin / 17 mars 2009

Le 27 février 1713, le roi Louis XIV, dans son château de Versailles, signe une ordonnance interdisant la chasse aux tortues de terre dans l’île Bourbon car l’espèce apparaît en danger.

Comment en est-on arrivé là ?

Pour bien comprendre cette ordonnance, revenons un peu sur nos pas pour évoquer la situation de notre île au tout début de la présence humaine, lorsqu’elle ne portait pas encore le nom de La Réunion, puisque ce n’est qu’en 1793, le 19 mars, qu’on lui a donné ce nom, par décret de La Convention. Bien sûr, à l’origine, il n’y avait pas d’habitant ; l’océan Indien était vide de terres et d’îles à quelques exceptions près. Un jour, par hasard, un vaisseau accostait chez nous. A son bord, des dizaines de malades : dysenteries qui vous vident par l’intérieur, fièvres de toutes sortes qui vous soumettent des accès froids ou chauds, scorbut avec vos dents qui déchaussent et sortent des cavités maxillaires. De temps en temps, on enfournait un cadavre dans un sac et on le lançait dans la mer et cela faisait un "plouf !" sonore et le sac s’enfonçait dans les entrailles de l’océan Indien. Les autres vivants ou à demi-vivants restaient là, songeurs, à se demander quand leur tour à eux viendrait. Alors, lorsque d’en haut du mât, la vigie a crié : « terre ! terre ! », les hommes d’équipage ont sauté de joie ; La terre était là, devant eux, accueillante ; et quelle terre ? Quasiment le paradis terrestre ! Une grande forêt, du battant des lames au sommet des montagnes et toutes sortes d’arbres : fougères arborescentes plus connues sous l’appellation de fanjans, petits nattes, grands nattes, tamarins des hauts, bois de chandelle, bois de senteur, bois de maman, bois d’oiseaux, bois de source… et on s’arrête là, car jusqu’à demain, la liste n’en finirait pas.

Disons que c’était le paradis !

Très vite, ils descendirent du navire, ils se roulèrent dans l’herbe et se mirent à boire de l’eau d’une source pour étancher leur soif, et comme par miracle, ils allaient mieux. Ceux qui étaient faibles se retrouvaient ragaillardis. C’est tout juste si les morts ne ressuscitaient pas ! Mais trêve de plaisanteries, les nouveaux venus avaient l’impression de redécouvrir le paradis terrestre avec des oiseaux de toutes les couleurs sans crainte vis-à-vis des humains qui venaient les voir se percher sur leurs épaules, et même manger dans leurs mains… des pigeons, des perroquets, des ibis ainsi que des dodos, ces gros oiseaux de légende, bien en chair, bien gras, qui n’arrivaient même pas à prendre leur envol. Quelques coups de bâtons et vous aviez votre provision de gibier, et cela faisait d’excellents rôtis et autres brochettes et grillades. De là où je me trouve, je vous vois saliver à loisir ! De plus, l’île ne manquait pas de poissons... des anguilles énormes qui auraient pu vous faire tomber si vous traversiez les rivières sans précautions.

Dommage que l’on n’ait pas pu au moins sauver les tortues !

Il y avait aussi des tortues en quantité et d’une grosseur incroyable ; assez costaudes pour transporter un homme sur leur coque, et de la chair en veux-tu, en voilà. Le seul inconvénient, c’est qu’il valait mieux ne pas dormir sur le sable, sinon vous risquiez de vous faire marcher dessus. Une tortue suffisait à nourrir vingt-cinq personnes, et leur foie succulent, je ne vous dis que cela. Le goût pays avant la lettre ! Mais aussitôt découvertes et le massacre de commencer, les bateaux venaient s’y approvisionner. Alignées sur les ponts des navires, l’une derrière l’autre, au nombre de deux ou trois cents, elles attendaient le couteau du bourreau. C’est sûr que leur disparition était programmée et c’est pourquoi le roi de France avait pris son ordonnance du 27 février 1713 interdisant qu’on les chasse. Mais cette ordonnance n’a connu aucune application effective : le massacre a continué et l’espèce a disparu. Les anciens diront avoir vu la dernière tortue géante dans le Jardin de l’État. Il y en avait une effectivement, morte dans les années 50 du siècle dernier, mais était-ce une survivante de Bourbon ou venait-elle des Seychelles ou d’une autre île cousine ? Personnellement, nous n’en savons rien, mais nous pouvons constater que l’espèce a été physiquement liquidée par nos ancêtres.

La tortue de terre, une des victimes, mais pas la seule !

Mais ce que l’on a fait des tortues, on l’a fait aussi des poissons, des oiseaux et des autres merveilles de la nature : on a défriché sans ménagement, assassiné sans vergogne, détruit, saccagé. Les dégâts que nos ancêtres n’ont pas commis eux-mêmes, les animaux venus avec eux l’ont fait à leur place : les chiens, les chats, les rats, les porcs, les chèvres... Et nous autres aujourd’hui, pensez-vous que nous respections la nature comme elle le mérite… on empoisonne bien nos rivières, on arrache aussi l’écorce des arbres sans ménagement pour en faire des tisanes avec ou sans efficacité, les tangues sont menacés d’extinction, il n’y a quasiment plus de merles, de petits coqs et autres becs roses… C’est triste de le dire ainsi, mais on a l’impression que nous avons en nous un instinct de mort, qui nous pousse à détruire, massacrer, assassiner. Ne pensez-vous pas qu’il serait temps de prendre conscience pour que nos enfants et petits-enfants puissent vivre bien sur la Terre qui est la nôtre et pour sauvegarder une part de notre bio-diversité ? Du moins, ce qu’il en reste.

G et R. Gauvin


L’avé in foi... l’ordonans Louis XIV pou défann tyé torti

27 févriyé 1713, la-ba dann son gran shato Vèrsay, lo roi Louis XIV la tranp son plime z’oi dann l’ank pou sign in règloman konm de koi, bann bourboné — nout bann vyé z’ansèt par l’fèt — té i doi arèt tyé, arèt masak bann torti d’tèr, pars té riskab fni avèk la ras.

Koman sa l’arivé don ?

Pou byin konprann l’istoir, alon bat in karé an aryèr pou oir koman La Rényon lété dann promyé komansman... dann promyé tan demoun la komans arivé. Dann tan-la, nout péi té i apèl l’il Bourbon — la pa son promyé nom, mé sa in nom li la konsèrv lontan. L’avé poin z’abitan ; l’oséan indyin, kaziman vide dési in bann gran sirfas. Ala k’in zour, san fé par éksopré, in bato la vni bit avèk nou. Dési bato-la, lavé in bon pé malad : in pé l’avé mal-o-vant, d’ot lavé la fyèv, déssèrtin lo dan té i grenn... tazantan, té i anmay in kor dann goni épi té i zèt ali dan la mèr. sa té i fé : "plouk !", épi shakenn té i pans, pé s’fèr in zour sar mon tour ! Alor, lèrk an-o lo ma, inn la kriy : "La tèr ! La tèr !", ziz pi si l’moun té kontan, la tèr zis tèr-la, dovan zot ! Ankor, kèl tèr ? Dizon lo paradi térès i rouv an gran dovan zot:in gran foré, dépi roulo la mèr kan i kraz dési lo bor, ziska la montagn an l’èr la-ba : palmis, fanjan, tamarin dé-o, ti-nat, gran-nat, boi d’bonbar, boi d’shandèl,boi d’momon, boi d’santèr, boi d’oizo, boi d’sours ; néna si tèlman, i vo myé mi arèt la-mem, sansa domin matin nou sar ankor la.

Dizon lé dann paradi !

Vit-vit i débark, i boir d’lo fré, delo pür ; i roul dann zèrb, é nana toutsuit konm in soulazman. Sat té fay-fay i lèv dobout, gayar ! Bann mor, la pa loin zot i résisit ! Alon pa plézanté, mé kan ou i oi sak ou i trouv, dann péi — la, ou i pé konprann koman lo kèr d’moun lé dan la joi. Aryink bann zoizo nana : tout koulèr é pa sovaz ankor ; Mèm si zot la zamé vi d’moun, i vyin pou louké, i poz dési zépol, i manz kaziman dann zot min : pizon ramyé, tourtrèl, péroké maskarin, zibis, san konté dodo in spès zoizo byin gra i vyin mem pa bou volé... In kou d’baton, ou i tap dann ta, épi na tro pou ramasé ; Tousala an griyad, an roti,an fritir, an broshèt...Lo gou péi oté ! Mi oi d’isi, zot boush i fé d’lo... Épi poisson alor ! An kantité siouplé... zangiy, i fo oir koman nana... si ou i travèrs la rivyèr, san pran prékosyon, lé riskab kapote pa ou sitèlman lé gro !

Domaz la pa sov bann torti !

Azout èk sa tout bann torti d’tèr, kosto vèy pa koman, kab transport in moun dési zot do ; vinn-sink pèrsone i manz vant plin dann in sèl torti é lo foi ? Oté, sa lé bon ! In sèl linkonvényan : la nuit, pa moiyin dormi dési la plaz sansa lé riskab kraz aou ; A ! torti, sa dmoun la konète manzé sa ! É kank bann bato, la voil té i gonf, pou pran la mèr, lavé pa moins dé san, sansa troi san torti vivan, té i fé la ké pou fini an kari ;
Toultan té i tyé, té i tyé, plis-k’i an fo, gaspiyaz ! zot i oi astèr pou kosa lo roi Louis XIV la pran son lordonans 27 févriyé 1713.

Lé tan pou fé in kont !

Mé sa la pa ansèrv aryin : rod azot in torti sovaz éstèr, La Rényon ! Mé sak nout vyé zansète la fé avèk torti, zot la fé èk zoizo épi èk poisson, ansanm pyé d’boi galman. Zot la konèt défrishé, zot la konète ansasiné ; Sak zot la pa fé, par zot mem, la maladi, sansa lo zanimo zot la amènn èk zot la fé so rol-la : lo shyin, lo shat, lo ra, koshon, kabri la anshév la natir ; É nou mèm, koméla, zot i kroi ni réspèk pou vréman nout l’anvironeman ? Mazine anou : la poin demoun i zète poizon dan la rivyèr ? Na poin demoun i plish pyé d’boi pou fé la tizane ?
Inya ! Lé tris a dir, mé i arsanm demoun na riyink lo gou pou tyé dan zot kè ! Lo gou pou gaspiyé ! Lo gou pou masakré ! zot i kroi pa sré tan, ni rouv in pé lo zyé, konmsa nout zanfan épi lo zanfan d’nout zanfan i gingn viv konm k’i fo dési la tèr bonbyé ! É sokour lèrk lé ankor tan sak i rès dann nout bio-divèrsité.

G et R. Gauvin