Changement climatique

16 février, date historique pour l’humanité : entrée en vigueur du protocole de Kyoto

Témoignages.re / 15 février 2005

(Page 8)

Mercredi 16 février 2005 marquera une date historique pour l’humanité, puisque c’est à partir de ce jour que les dispositions du protocole de Kyoto s’appliqueront.
Le protocole de Kyoto, établi en 1997, est la première conséquence du sommet de la Terre qui s’était tenu à Rio en juin 1992 (voir encadré 1) et auquel La Réunion était représentée en la personne de Élie Hoarau.

Paul Vergès a coutume de dire qu’il considère le “Sommet de Rio”, comme étant le premier acte de civilisation à l’échelle de l’humanité. Le protocole de Kyoto est la première concrétisation de cet esprit de Rio. L’entrée en vigueur de ce protocole témoigne d’un consensus international de plus en plus fort entre les pays émettant le plus de gaz à effet de serre (voir encadré 2). Il s’agit de parvenir, dans un premier temps, d’arrêter de toujours plus polluer (2010), puis de faire reculer ce type de pollution (2012) et enfin, sur un terme plus long, de la faire disparaître (nécessité d’un après-Kyoto).
Demain, donc, le protocole de Kyoto s’appliquera enfin.
À cette occasion, deux événements vont placer La Réunion sur le devant de la scène, soulignant ainsi le rôle qu’elle a joué dans cette prise de conscience.

- Tout d’abord, ce mardi 15 février, le président de la République, Jacques Chirac, réunira au Palais de l’Élysée, "10 personnalités nationales et internationales représentant les forces vives engagées dans ce combat en faveur d’un développement durable. En sa qualité de Président de l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (ONERC), M. Paul Vergès est convié à cette rencontre".
Paul Vergès est le seul élu figurant au nombre des participants à cette table ronde.
À cette occasion, le Président Vergès remettra au Président de la République le pré - rapport de l’ONERC : “Un climat à la dérive : Comment s’adapter ?”
Cette participation constitue une reconnaissance du rôle et de la qualité des travaux de l’ONERC, seul organisme français représenté à cette Table ronde sur les changements climatiques.

- Ensuite, demain mercredi 16 février, à La Réunion, l’Hôtel de Région accueillera, jusqu’au 18 février inclus, la rencontre des experts internationaux du GIEC qui consacrera ses travaux au thème de “l’adaptation, l’atténuation des effets du changement climatique et développement durable”. Le Docteur Pachauri, Président du GIEC, et éminent chercheur sur la problématique du changement climatique sera à La Réunion pour prendre part à ces travaux.

Ainsi, cette semaine de l’entrée en vigueur du protocole de Tokyo montrera que notre île, lorsqu’elle s’en donne les moyens du fait de l’action de l’un des siens, est en mesure "d’adresser une parole réunionnaise au monde".

Aimé Habib


La Déclaration de Rio

En juin 1992, à Rio de Janeiro (Brésil), la Conférence des Nations-Unies sur l’environnement et le développement — connue sous le nom de Sommet "planète Terre" — a adopté une déclaration qui a fait progresser le concept des droits et des responsabilités des pays dans le domaine de l’environnement. La Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement témoigne de deux grandes préoccupations apparues pendant l’intervalle de 20 années séparant ces deux conférences : la détérioration de l’environnement, notamment de sa capacité à entretenir la vie, et l’interdépendance de plus en plus manifeste entre le progrès économique à long terme et la nécessité d’une protection de l’environnement.


Un premier pas

En matière de pollution par les gaz à effets de serre, les inégalités de situation de départ sont fantastiques : quand un Américain émet 20 tonnes de CO2 en moyenne par an et un Français 6,2, un Africain en émet 0,9, un Indien 1,0 et un Chinois 2,6. De plus, dans ce processus cumulatif, les pays déjà industrialisés sont quasiment seuls responsables des émissions intervenues depuis deux siècles.
Le traité international négocié en 1997 à Kyoto, au Japon, ne constitue qu’un premier pas bien modeste : les 35 pays industrialisés signataires doivent globalement réduire de 5,2% leurs émissions de six gaz entre 2008 et 2012 par rapport aux niveaux de 1990.


Par Paul Vergès au président de la République

Remise du pré-rapport de l’ONERC

Nous reproduisons ci-après un communiqué de l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique :

À l’occasion de l’entrée en vigueur du protocole de Kyoto le 16 février prochain, Monsieur Jacques Chirac, président de la République, a pris l’initiative d’organiser le mardi 15 février au Palais de l’Elysée une table ronde sur les changements climatiques.
Seront réunis, autour du président de la République, 10 personnalités nationales et internationales représentant les forces vives engagées dans ce combat en faveur d’un développement durable.
En sa qualité de président de l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (ONERC), M. Paul Vergès est convié à cette rencontre.
Le président du GIEC, le Dr Pachaury (qui sera le lendemain à La Réunion pour présider l’ouverture d’une session de travail du GIEC), le secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale, M. Michel Jarreau et l’éminent chercheur français, Jean Jouzel, compteront également parmi les participants à cette réunion de travail.
À cette occasion, le président Vergès remettra au président de la République le pré-rapport de l’ONERC : “Un climat à la dérive : comment s’adapter ?”