Changement climatique

2010-2019 : décennie de chaleur exceptionnelle

COP25 : rapport de l’Organisation météorologique mondiale

Témoignages.re / 5 décembre 2019

L’année 2019 marque la fin d’une décennie de chaleur exceptionnelle, de recul des glaces et d’élévation record du niveau de la mer à l’échelle du globe, en raison des gaz à effet de serre produits par les activités humaines. Il est presque certain que les températures moyennes pour la période de cinq ans (2015–2019) et la période de dix ans (2010–2019) seront les plus élevées jamais enregistrées. Selon l’Organisation météorologique mondiale (OMM), tout semble indiquer que 2019 sera au deuxième ou troisième rang des années les plus chaudes jamais enregistrées.

JPEG - 78.5 ko
Sécheresse au Mozambique. (Photos : Leopoldino Jeronimo / Kepa)

Selon la version provisoire de la Déclaration de l’OMM sur l’état du climat mondial, la température moyenne mondiale en 2019 (de janvier à octobre) était supérieure d’environ 1,1 degré Celsius à celle de la période préindustrielle.
Les concentrations de dioxyde de carbone (CO2)dans l’atmosphère ont atteint un niveau record de 407,8 parties par million (ppm) en 2018 or elles ont continué d’augmenter en 2019. Le CO2 perdure dans l’atmosphère pendant des siècles et dans l’océan encore plus longtemps, perpétuant ainsi le changement climatique.

Dégradation d’écosystèmes vitaux

Selon la version provisoire de la Déclaration, l’élévation du niveau de la mer s’est accélérée depuis le début des mesures par satellite en 1993 en raison de la fonte des calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique.
L’océan, qui sert de tampon en absorbant la chaleur et le dioxyde de carbone, paie un lourd tribut. Son contenu thermique a atteint des niveaux record et les vagues de chaleur marines se multiplient. L’acidité de l’eau de mer a augmenté de 26 % par rapport au début de l’ère industrielle, et des écosystèmes marins vitaux se dégradent.
En septembre 2019, l’étendue minimale quotidienne de la banquise arctique figurait au deuxième rang des étendues minimales les plus basses enregistrées par satellite et, en octobre, de nouveaux records ont été établis. Dans l’Antarctique, à plusieurs reprises en 2019, des minima record ont été enregistrés pour certains mois.

Menace pour la sécurité alimentaire

« Si nous n’agissons pas d’urgence pour le climat, nous nous dirigeons vers une hausse de la température de plus de 3 °C d’ici à la fin du siècle, or une telle hausse aurait des impacts négatifs sur le bien-être des populations », a déclaré le Secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas. « Nous sommes loin d’être sur la bonne voie pour atteindre l’objectif de l’Accord de Paris. »
« Au quotidien, les impacts du changement climatique se manifestent par des conditions météorologiques extrêmes et « anormales ». Et, en 2019 de nouveau, les aléas météorologiques et climatiques ont fait de lourds dégâts. Les vagues de chaleur et les inondations, qui frappaient jadis « une fois par siècle », se produisent de plus en plus régulièrement. Des Bahamas au Japon, en passant par le Mozambique, des pays ont subi les effets dévastateurs des cyclones tropicaux. Les feux de forêt ont balayé l’Arctique et l’Australie », a précisé M. Taalas.
« L’un des principaux impacts du changement climatique est une pluviométrie plus irrégulière. Or celle-ci représente une menace pour les rendements agricoles et, combinée à la croissance démographique, posera des défis considérables en matière de sécurité alimentaire pour les pays vulnérables », a-t-il ajouté.