L’augmentation de la température à l’origine d’un phénomène de blanchiment dans l’Atlantique, le Pacifique et l’océan Indien

Crise climatique : les coraux du monde gravement menacés

17 avril

Un stress thermique d‘ampleur suffisante pour provoquer le blanchissement, résultant de l’augmentation persistante des anomalies de température océanique observées et modélisées par le Coral Reef Watch de la NOAA (CRW), s’est produit – et perdure encore aujourd’hui – dans de vastes zones des océans Atlantique, Pacifique et Indien.
Notre région est concernée par ce blanchissement en Tanzanie, au Kenya, à Maurice, aux Seychelles, à Tromelin, à Mayotte selon Coral Reef Watch de la NOAA.

« De février 2023 à avril 2024, un blanchissement important des coraux a été documenté dans les hémisphères nord et sud de chaque grand bassin océanique », a déclaré Derek Manzello, coordinateur NOAA Coral Reef Watch.
Le blanchissement massif des récifs coralliens, depuis début 2023, a été confirmé dans au moins 53 pays, territoires et économies locales, notamment en Floride (États-Unis), dans les Caraïbes, dans le Pacifique tropical oriental (y compris le Mexique, le Salvador, le Costa Rica, le Panama, et Colombie), la Grande Barrière de Corail d’Australie, de vastes zones du Pacifique Sud (y compris Fidji, Vanuatu, Tuvalu, Kiribati et Samoas), la mer Rouge (y compris le golfe d’Aqaba), le golfe Persique et le golfe d’Aden.

Notre région concernée

Le blanchissement doit être confirmé dans chaque bassin océanique pour pouvoir déterminer définitivement s’il s’agit d’un événement de blanchissement mondial. Des rapports font état d’un blanchissement généralisé dans certaines parties de l’océan Indien occidental, notamment en Tanzanie, au Kenya, à Maurice, aux Seychelles, à Tromelin, à Mayotte et au large de la côte ouest de l’Indonésie. Les rapports font également état d’un blanchissement généralisé dans certaines parties de l’Atlantique Sud, le long des côtes nord-est du Brésil.

« À mesure que les océans du monde continuent de se réchauffer, le blanchissement des coraux devient de plus en plus fréquent et grave », a déclaré Derek Manzello. « Lorsque ces événements sont suffisamment graves ou prolongés, ils peuvent provoquer la mortalité des coraux, ce qui peut avoir un impact négatif sur les biens et services fournis par les récifs coralliens dont dépendent les populations pour leur subsistance. »

Lorsque le blanchissement des coraux entraîne une mortalité, en particulier à grande échelle, il a un impact sur les économies, les moyens de subsistance, la sécurité alimentaire. Cependant, il est important de rappeler que le blanchissement des coraux n’entraîne pas toujours la mort des coraux. Au contraire, si le stress à l’origine du blanchissement diminue, les coraux peuvent se rétablir, les récifs préservant leur biodiversité et continuant à fournir les services écosystémiques dont nous dépendons.

« Les prévisions des modèles climatiques pour les récifs coralliens suggèrent depuis des années que les impacts du blanchissement augmenteraient en fréquence et en ampleur à mesure que les océans se réchauffent », a déclaré Jennifer Koss, directrice du programme de conservation des récifs coralliens (CRCP) de la NOAA.

A la Une de l’actuOcéanImpasse du modèle

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?