Changement climatique

Caraïbes : la première « zone intelligente climat » au monde

Lutte contre le changement climatique

Témoignages.re / 19 décembre 2017

Lancement lors du One Planet Summit à Paris d’un partenariat public-privé doté de 2,8 milliards de dollars pour faire des Caraïbes la première « Climate Smart Zone » dans le cadre d’un plan d’investissement de 8 milliards de dollars. Pendant ce temps à La Réunion, 2 milliards d’euros au bas mot doivent être investi dans une route en mer…

JPEG - 57.2 ko

La création de la « Caribbean climate smart coalition » est l’expression d’une nouvelle vision partagée entre les leaders de la région pour faire des Caraïbes la première « Climate Smart Zone ». La vulnérabilité de la région aux événements climatiques extrêmes impose en effet de nouvelles approches en rupture avec les pratiques actuelles. Pour mettre en œuvre cette démarche sur les 5 prochaines années, 11 pays de la Caricom (la Communauté caribéenne) ont décidé de former un partenariat avec les organisations régionales et internationales, des entreprises et des fondations.

Autonomie énergétique

Cela aiderait les îles des Caraïbes à éliminer leur dépendance coûteuse aux combustibles fossiles afin qu’elles puissent répondre à près de 100 % de leurs besoins énergétiques à partir de sources renouvelables et à intégrer la résilience dans les communautés et les moyens de subsistance.

Les dirigeants des Caraïbes ont réuni une coalition d’organisations mondiales telles que la Banque interaméricaine de développement, la Banque mondiale et la Banque de développement des Caraïbes, ainsi que des entreprises et des sympathisants des Caraïbes et de la communauté internationale. La Coalition vise à soutenir les îles qui ont été touchées par les récents ouragans Irma et Maria, et à construire des infrastructures et des communautés plus résilientes dans toute la région à mesure que la probabilité de futurs phénomènes météorologiques extrêmes augmente. Les membres de la Coalition aideront à établir des partenariats. Ils apporteront également leurs capacités collectives ensemble pour dépasser les barrières technologiques et financières dans le domaine de l’adaptation au changement climatique.

Les priorités

Plus précisément, le travail de la Coalition se concentrera sur plusieurs priorités critiques initiales :

Élargir le plus rapidement possible l’accès aux énergies renouvelables pour aider les pays des Caraïbes à diminuer le coût élevé des combustibles fossiles importés et la grande vulnérabilité des systèmes de distribution centralisés.

Construire une infrastructure sobre en carbone et résiliente, pour mieux résister aux futurs phénomènes météorologiques extrêmes.

Créer des modèles de financement innovants tels qu’une initiative d’échange de dettes pour la résilience en échange de progrès démontrés dans les réformes politiques et les investissements pour renforcer la résilience et promouvoir des voies de croissance intelligentes face au climat.

Construire des plates-formes pour faciliter les grands investissements publics et privés nécessaires.

Renforcer la capacité des pays des Caraïbes et des principales institutions régionales à planifier une résilience à long terme et des stratégies de croissance intelligentes face au climat.

Reconstruire Saint-Martin

De nouveaux instruments et véhicules financiers seront déployés pour soutenir cette ambition : plus de 3 milliards de dollars sont d’ores et déjà mobilisés. Le processus de reconstruction qui se poursuit de manière exemplaire dans les Antilles (Saint - Martin) sera coordonné avec cette initiative. Par ailleurs, dans la région Pacifique, l’AFD lance une nouvelle initiative climat biodiversité en faveur de l’adaptation au changement climatique.

Le 12 décembre 2017, Emmanuel Macron, président de la République française, Jim Yong Kim, président du Groupe Banque mondiale et Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, ont réuni à Paris les leaders internationaux et des citoyens engagés venus du monde entier. Il s’agissait de trouver de nouveaux moyens de financer l’adaptation de nos modes de vies aux transformations inéluctables qu’impose le changement climatique, d’accélérer encore la réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’ancrer les problématiques climat au cœur de la finance.