Changement climatique

Changement climatique : retour sur la conférence en ligne du PCR et Témoignages

Une première amenée à se reproduire dès samedi prochain

Manuel Marchal / 6 septembre 2021

Ce 4 septembre, le PCR et Témoignages ont organisé une conférence en ligne. Elle portait sur le 25e anniversaire de la conférence de presse de Paul Vergès et Elie Hoarau durant laquelle ils alertèrent l’opinion sur la menace du changement climatique, en particulier pour La Réunion. Elle se prolongera par une seconde conférence en ligne ce samedi 11 septembre.

JPEG - 148 ko

Après la présentation de la conférence par Ary Yée Chong Tchi Kan, Manuel Marchal intervint pour évoquer la conférence sur le climat de Copenhague dont il était un des participants. « Témoignages » était un des 20 médias au monde à être invité à entrer dans la salle où se déroulait la cérémonie d’ouverture de la COP-15 en présence des plus hautes autorités de l’ONU.
Cette conférence fut marquée par la rencontre d’une délégation réunionnaise conduite par Paul Vergès avec le président du GIEC, Rajendra Pachauri. Ceci traduisait une reconnaissance de la contribution de La Réunion à la lutte mondiale contre le changement climatique.

David Gauvin a ensuite fait part des principales conclusions et enseignements du rapport que le GIEC a publié le mois dernier sur la question de l’évolution rapide du changement climatique. Les phénomènes climatiques extrêmes toujours plus fréquents et violents sont déjà une réalité. David Gauvin a rappelé que la limite à ne pas dépasser fixée par l’Accord de Paris est une augmentation de 1,5 degré par rapport à la moyenne de la température en 1850. Actuellement, elle est déjà supérieure de 1,1 degré, ce qui réduit chaque jour la fenêtre de tir pour agit.

Pascale David intervint en tant que témoin de la conférence de presse du 4 septembre 1996. Invitée à couvrir l’événement pour « Témoignages », elle rappela que le sujet n’apparaîssait pas explicitement sur l’invitation adressée aux rédactions, afin qu’elles n’affectent pas les journalistes prévus à d’autres reportages plus porteurs en termes de vente. Cela rappelle combien le changement climatique était une question ignorée et l’initiative de Paul Vergès et Philippe Berne fut moquée par certains médias.

Maurice Gironcel a ensuite présenté les différentes réalisations en matière d’énergies renouvelables mises en œuvre par la commune de Sainte-Suzanne et le SIDELEC. Grâce au soleil, au vent et au biogaz, la commune produit plus d’électricité qu’elle n’en consomme. Maurice Gironcel a également évoqué le projet du village solaire de Mafate inauguré en présence du président d’EDF. Des panneaux solaires couplés à des batteries permettent l’autonomie énergétique.

Nicole Cadarsi a rappelé le lien entre climat et alimentation. La consommation quotidienne, voire plusieurs fois par jour, de viande est responsable de maltraitance animale mais aussi de la pollution de l’atmosphère et d’une forte pression sur l’environnement. Un repas sans viande par semaine dans les cantines est un premier pas.

Elie Hoarau a souligné le lien entre émissions de gaz à effet de serre et capitalisme industriel. Ce qui montre la nécessité de remettre en cause les modes de production et de consommation qui ne sont pas au service des humais mais des profits. C’est ce que rappelle le fait que plusieurs centaines de millions de personne ne mangent pas à leur faim chaque jour.
Il a également montré les limites des conférences sur le climat de l’ONU (COP) et des traités qui en découlent : ils ne sont pas contraignants. Tant qu’une instance indépendante des États et sous l’égide de l’ONU n’aura pas les moyens de contrôler le respect des engagements et de sanctionner les fautifs, alors il sera difficile d’aller vers ce changement de fond.

Samedi 11 septembre prochain, le PCR et Témoignages invitent à prolonger les échanges lors d’une nouvelle conférence en ligne qui portera notamment sur la protection de la biodiversité, avec la tenue en ce moment du Congrès de l’Union internationale pour la conservation de la Nature (UICN) à Marseille.

M.M.